Ebola / Mali : l'OMS et UNICEF s'activent pour contenir la propagation du virus

Écouter /

Photo: IRIN/Katarina Höije

Avec 6 cas de fièvre Ebola confirmés dont 5 sont décédés au Mali, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) s'activent pour renforcer la réponse urgente au virus Ebola dans le pays.

Selon l'OMS, 384 personnes qui ont été en contacts avec les malades ont été identifiées et suivies, dont 96 travailleurs de la santé.

Selon l'OMS, un centre de détention est en cours de construction à Bamako, et 18 épidémiologistes supplémentaires ont été dépêchés par le Center for Disease Control, Médecins sans Frontières, l’UNICEF, l’OMS et les instituts de santé publique français. L’accent a été mis sur la recherche des contacts, de sorte que tous puissent être suivi pendant 21 jours, après lesquels la transmission devrait cesser.

En réponse a un journaliste lors d'une conférence de presse a Genève, le porte-parole de l 'OMS a confirmé que des pratiques néfastes semblaient se poursuivre dans le pays, avec environ 20 pourcent des infections ayant lieu au moment pendant les enterrements.

Le porte-parole a toutefois précisé cependant que les protocoles avaient été élaborés, les équipes de sépulture formées et qualifiées, mais que le travail avec les communautés était encore en cours.

Pour sa part, l'UNICEF en coordination avec Médecins Sans Frontières, le gouvernement malien et le ministère malien de la Santé, essaient d’intensifier la réponse d’urgence au virus Ebola au Mali.

Le Fonds a affirmé qu'il effectuait de plus en plus la livraison de nourriture et d’eau, et fournissait un soutien en matière d’hygiène et d’assainissement. L’UNICEF a également apporté un soutien supplémentaire pour les cliniques locales, en particulier dans la zone proche de la frontière avec la Guinée, qui comprend la formation des agents de santé locaux, la fourniture d'instruments de santé et un soutien technique en matière d’assainissement, d’hygiène et d’eau.

Au-delà du soutien médical de l’UNICEF a souligné l’importance du travail de l’UNICEF sur la mobilisation sociale. Avec le gouvernement malien, le Fonds à élaborer un plan de communication régional afin de renforcer la communication de masse et la mobilisation sociale, visant à prévenir et à détecter les cas infectés au niveau de la communauté.

Ce plan comprend les chefs religieux, l’Union nationale des transporteurs pour sensibiliser les chauffeurs de camions dans la région, et la direction régionale malienne pour le développement social et les sociétés de transport en commun, afin d’équiper 77 stations de bus près de Bamako avec des matériaux de lavage des mains.

(Extrait sonore : Christophe Boulierac, porte-parole de l'UNICEF à Genève)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/12/2017
Loading the player ...