Des experts de l’ONU demandent la transparence sur les pratiques d'interrogatoires

Écouter /

La lettre ouverte est publiée au lendemain de manifestations importantes organisées aux Etats-Unis suite au non-lieu prononcé dans l’affaire de Ferguson. Photo ONU / Jacques Baudrier

Un groupe d’experts des Nations Unies sur les droits de l’homme a demandé au Président américain Barack Obama de divulguer toutes les informations contenues dans le rapport du Sénat au sujet des pratiques d'interrogatoires utilisées par l'Agence Centrale de Renseignement, la CIA.

Dans une lettre ouverte publiée mercredi 26 novembre, le groupe d'experts, qui inclue le Président du groupe de travail sur les détentions arbitraires et le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, a déclaré que les enjeux étaient très importants et que la décision du président des Etats-Unis serait suivie de près par les victimes de torture et « aurait des conséquences de grande ampleur pour les victimes de violations des droits de l’homme partout dans le monde et pour la crédibilité des Etats-Unis .»

Selon le groupe d’experts de l’ONU, la commission spéciale du Sénat des Etats-Unis sur le renseignement avait lancé début 2009 une enquête sur les pratiques d'interrogatoires de la CIA.

Le rapport d'enquête avait été approuvé par le comité du Sénat fin 2012 et sa diffusion au public autorisée au mois d'avril 2014, mais le rapport n'a toujours pas été publié. Certains membres du comité du Sénat ont expliqué que la CIA aurait demandé à ce que des éléments du rapport soient retirés, ce qui empêcherait le lecteur de bien comprendre l'étendue des violations des droits de l'homme. La CIA demanderait notamment à ce que des termes vagues soient utilisés au lieu de pseudonymes pour désigner certains responsables de la CIA.

Le groupe d'experts a demandé au Président Obama de ne pas céder aux pressions de la CIA et de publier le rapport d'enquête dans sa totalité.

Ils ont souligné qu'en tant que lauréat du Prix Nobel de la Paix, il était important que le Président des Etats-Unis prenne une décision ferme en faveur de la transparence et de la lutte contre l'utilisation de la torture.

«En tant que nation qui appelle fréquemment à la transparence et à la responsabilité dans d’autres pays, les États-Unis doivent faire un effort pour répondre aux normes qu’ils se sont fixés à la fois pour eux-mêmes et pour les autres » ont déclaré les experts dans la lettre ouverte.

Les experts onusiens ont renouvelé leurs félicitations au Président Obama pour avoir mis un terme au programme d'interrogatoire de la CIA après sa prise de fonction et récemment reconnu que les Etats-Unis avaient torturé des détenus après les attentats du 11 septembre.

Notant la volonté du président Obama de «regarder vers l'avant» et non pas en arrière sur la question de la torture, les experts ont souligné que toutes les parties à la Convention des Nations Unies contre la torture avaient l’obligation d'enquêter sur les allégations crédibles de torture, de poursuivre les coupables et d'offrir des recours suffisants aux victimes.

Les experts indépendants ont également appelé à la reconnaissance et la réparation d'autres violations qui ont eu lieu dans les mêmes programmes de la CIA, y compris la détention secrète et arbitraire et les disparitions forcées, entre autres.

(Mise en perspective: Priscilla Lecomte)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/12/2017
Loading the player ...