Conseil de sécurité: le procureur de la CPI pense que la Libye est sur la mauvaise voie

Écouter /

Fatou Bensouda, Procureure générale de la Cour pénale internationale. Photo ONU/Paulo Filgueiras

En Libye, la situation continue de se détériorer de manière inquiétante, d'après le Procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI). Fatou Bensouda faisait le point mardi 11 novembre devant le Conseil de sécurité sur les actions de la CPI en Libye.

Philippe Bertoux, premier conseiller à la mission permanente de la France auprès des Nations Unies, a rappelé lors de son intervention l'importance du travail de la Cour Pénale internationale en Libye. « la lutte contre l'impunité nécessite une pleine coopération de la Libye avec la Cour Pénale Internationale », a-t-il insisté, en se félicitant de l'unité du Conseil de sécurité sur la question libyenne.

Le Conseil de Sécurité avait, par la résolution 1970 du 15 février 2011, saisi le Procureur de la CPI sur la situation en Libye, afin d'enquêter sur les attaques perpétrées contre des civils, notamment par les forces armées du gouvernement présidé par Muammar Gaddafi.

Déclarant que le pays était sur la mauvaise voie, Fatou Bensouda s'est dit préoccupée par la dégradation de la situation politique suite aux élections du 25 juin 2014, et qui ont abouti, le 6 novembre dernier, à l'invalidation de leur résultat par la Cour suprême.

Le Procureur de la Cour Pénale Internationale a également évoqué les cas d'assassinats à Benghazi, notamment de femmes et de journalistes, et aussi la  situation des prisonniers, dont certains seraient victimes de torture en prison.

Elle a réitéré sa demande pour que Saif Al-Islam Gaddafi, qui est soupçonné d'avoir perpétré des crimes contre l'humanité et qui est toujours emprisonné en Libye, soit remis à la CPI.  Elle s'est également dite inquiète du déroulement du procès d'Abdullah Al-Senoussi, l'ancien commandant des forces armées libyennes, suite aux allégations de violences et de menaces à l'encontre des juges et des avocats.

Relevant que l'instabilité politique entravait fortement le travail de la CPI, Fatou Bensouda a proposé que la communauté internationale mette en place un groupe de contact international sur les questions liées à la justice pour aider le gouvernement libyen à lutter contre le crime et l'impunité et assurer le respect de l'état de droit.

(Extrait sonore: Philippe Bertoux, premier conseiller à la mission permanente de la France auprès des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...