Conseil de sécurité / Guinée-Bissau: il faut accompagner le pays « encore fragile » dans sa transition, selon l'ONU

En dépit de ses progrès considérables, la Guinée-Bissau ne peut s'offrir le « luxe du statu quo », « au risque de perdre tous ses gains démocratiques », a prévenu ce mardi au Conseil de sécurité le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix (BINUGBIS) dans ce pays.

Pour Miguel Trovoada, venu présenter une mise à jour de la situation dans cette nation d'Afrique de l'Ouest, la Guinée-Bissau a finalisé son retour à l'ordre constitutionnel, ses principales institutions sont redevenues légitimes et représentatives et un gouvernement inclusif, « qui prend en compte toutes les sensibilités politiques nationales », a été formé.

« Avec le soutien de la communauté internationale, des organisations régionales et sous-régionales et de ses partenaires, la Guinée-Bissau s'efforce de poursuivre sa transition vers la paix et la stabilité », a-t-il affirmé, soulignant le rôle prééminent joué à cet égard par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de sa mission de maintien de la paix, l'ECOMIB, ainsi que de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP).

Mais certaines causes profondes des problèmes du pays ne sont pas résolues, a prévenu le Représentant spécial. En témoignent les divergences entre partis politiques et les divisions internes en leur sein même. « Par ailleurs, un climat de suspicion entre civils et militaires persiste », a assuré Miguel Trovaoda, qui a fait également état du dysfonctionnement de certaines institutions étatiques.

Un consensus semble toutefois émerger dans le pays quant à la nécessité d'engager des réformes, en particulier dans les domaines de la défense et de la sécurité, et de la justice et de l'administration publique, a expliqué le Chef du BINUGBIS.

Tout en estimant que son pays était entré dans un « un nouveau cycle plein d'espoir », le Premier Ministre de la Guinée-Bissau, Domingos Simoes Pereira, a jugé que la Guinée-Bissau continuerait d'avoir besoin d'une aide extérieure robuste pour combler les manques d'un État encore fragile, en particulier dans les secteurs de base comme l'éducation et la santé.

(Extrait sonore: Domingos Simoes Pereira, Premier Ministre de la Guinée-Bissau)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...