Comité contre la torture: appel à une ratification universelle de la convention contre la torture

Écouter /

Prison de Nimba, au Libéria. Les conditions de détention font partie des éléments considérés par le comité contre la torture. UN Photo/Christopher Herwig

Le Comité des Nations Unies contre la torture a ouvert sa 53ème session lundi 3 novembre, alors que la communauté internationale s'apprête à célébrer, le 4 novembre, le trentième anniversaire de l'adoption de la convention contre la torture par l'Assemblée générale des Nations Unies.

Ibrahim Salama, Directeur de la division des traités sur les droits de l'homme pour le Bureau du Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l'homme, lançant un appel à la ratification universelle de la Convention, a rappelé que 39 pays devaient encore la ratifier.

Le Président du Comité, Claudio Grossman, a réitéré l'appel à une ratification universelle de la Convention, en insistant sur l'importance de la mise en œuvre effective de la Convention, une fois ratifiée. Il a évoqué par exemple les pratiques de torture et dénoncé les représailles dont sont victimes les militants de la société civile qui s'engagent contre la torture. Il a affirmé que le Comité considéraient ces représailles comme inacceptables et qu'il n'aurait aucune tolérance à leur égard.

Claudio Grossman est ensuite revenu sur le travail du Comité, déclarant « Certains d'entre nous s'attendaient à ce qu'il n'y ait plus de torture dans le monde. On n'a pas réalisé cela. » et ajoutant «   On a sauvé de nombreuses vies, mais on ne devrait pas s'en estimer satisfait. Il est possible d'avoir un monde sans torture, et le Comité contribuera à atteindre ce but, avec les moyens dont il dispose ».

Dans un entretien avec la Radio des Nations Unies, Alessio Bruni, membre du Comité, a repris le message de Claudio Grossman, expliquant que le Comité avait permis une prise de conscience globale sur le phénomène de la torture, mais a estimé qu'il y avait encore "beaucoup de travail à faire".

Le Comité qui doit terminer ses travaux le 28 novembre examinera notamment la situation de l'Ukraine, du Venezuela, du Burundi ou des Etats-Unis.

(Extrait sonore : Alessio Bruni ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...