Burkina Faso : le Conseil de Sécurité appelle à la restauration de l'ordre constitutionnel

Écouter /

Photo IRIN/Chris Simpson

Le Conseil de Sécurité des Nations Unies a exprimé ses vives inquiétudes au sujet de la crise politique et sécuritaire au Burkina Faso entourant la démission du Président Blaise Compaoré et qui a causé la mort de plusieurs personnes.

Le communiqué publié mercredi soir par le Conseil fait suite à des consultations au cours desquelles le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux Affaires Politiques, Jeffrey Feltman a fait le point sur la situation au Burkina Faso.

Les membres du Conseil de Sécurité ont appelé au calme et ont demandé aux autorités du Burkina Faso de respecter le droit à la vie et le droit de rassemblement pacifique et de protéger les citoyens et leurs biens.

Les quinze ont déclaré reconnaitre les aspirations démocratiques du peuple burkinabé et exhorté les forces de sécurité du Burkina Faso à rendre le pouvoir aux civils afin de restaurer sans plus attendre l'ordre constitutionnel.

Les membres du Conseil de Sécurité ont appelé toutes les parties prenantes à collaborer pour amorcer un processus de transition pacifique, démocratique et menée par les civils aboutissant à la tenue d'élections libres et indépendantes dans les plus brefs délais et dans le respect de la constitution burkinabée.

Les quinze ont également félicité l'Union Africaine et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, la CEDEAO pour leurs efforts déployés afin de restaurer l'ordre constitutionnel au Burkina Faso, dans le cadre de la mission conjointe menée avec le Représentant spécial des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest, Mohammed Ibn Chambas.

(Mise en perspective : Priscilla Lecomte)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...