Marta Santos Pais se félicite de l’engagement du Cambodge face aux violences faites aux enfants

Écouter /

Photo:UNICEF

Plus de la moitié des enfants cambodgiens ont subi au moins une forme de violence avant l’âge de 18 ans; un quart d'entre eux ont été victimes d’abus émotionnels; et 5% d’une forme d’abus sexuel, selon le premier rapport du gouvernement du Cambodge sur la violence à l’encontre les enfants, publié récemment.

Face à cette réalité, treize ministères et agences gouvernementales se sont engagés sur un plan d’action suite.

La Représentante spéciale du Secrétaire général contre les violences faites aux enfants, Marta Santos Pais, qui était présente au lancement du rapport à Phnom Penh, s’est félicitée de l’enquête et surtout des réponses emmener par les autorités cambodgiennes à l'instar des services de prestations destinées aux enfants avec un personnel adéquat qui permettront d'être à l'écoute des enfants, de leur apporter un appui psychosocial et d'enquêter sur la teneur de leurs histoires.

Le Cambodge est le premier pays de la région d'Asie qui a mené une étude de cette nature, a souligné la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies à l'encontre de la violence faite aux enfants. Elle va permettre de mesurer la magnitude de la violence physique sexuelle et émotionnelle subi par les garçons et les filles cambodgiennes, afin que le gouvernement puisse ancrer ses politiques et contremesures dans des données concrètes.

Le gouvernement a enquêté sur les expériences de violences physiques, émotionnelles et sexuelles, de près de 2400 enfants âgés de 13 et 24 ans, à travers le pays.

Les résultats indiquent que les enfants cambodgiens subissent les abus physiques des mains de personnes qu’ils connaissent et en qui ils ont confiance, notamment leurs mères et leurs instituteurs de sexe masculin, alors que ce sont leurs voisins, amis, amoureux et membres de leurs familles qui sont le plus souvent responsables des abus sexuels sur eux.

Aussi la plupart des enfants ont énormément de difficultés à partager leur expériences, ne connaissent pas les services qui sont à leur dispositions et ont peur que leurs histoires ne soient pas écouter.

Marta Santos Pais a par ailleurs souligné que la violence faites aux enfants avait non seulement un impact sur les enfants victimes et leurs familles, mais aussi sur l’économie des sociétés en ralentissant leur développement, détournant des milliards de dollars des fonds destine au social, et en érodant leur capital humain et social.

(Interview : Marta Santos Pais, Représentante spéciale du Secrétaire général contre les violences faites aux enfants; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

 

 

(Interview:Marta Santos Pais, Représentante spéciale du Secrétaire général contre les violences faites aux enfants; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...