Somalie : la malnutrition menace 1 million de personnes

Écouter /

Photo ONU

La Somalie était mercredi 22 octobre à l'ordre du jour du Conseil de sécurité qui a débattu longuement de la situation humanitaire dans le pays, après un briefing devant le Conseil, de Valérie Amos, Secrétaire générale adjointe de l’ONU et Coordonnatrice des secours d’urgence des Nations Unies.

Pour la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies, la situation est préoccupante et a continué à se détériorer depuis le mois de juin. Plus de 3 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire, en raison de la sècheresse, des conflits et de l'augmentation des prix de la nourriture.

A l'issue de la réunion, la Présidente du Conseil de Sécurité, Maria Cristina Perceval, Représentante permanente de l'Argentine auprès de l'ONU, a résumé la position du Conseil.  « Les membres du Conseil de Sécurité sont unanimes sur la nécessité d'une réponse humanitaire internationale urgente et efficace, et encouragent de nouvelles contributions à l'appel de fonds consolidé des Nations Unies.»

Un tiers de la population somalienne, est, selon Valérie Amos, déplacée a l'intérieur du pays, et un million de Somaliens sont également refugiés dans les pays voisins.

La chef du Bureau des Affaires Humanitaires de l'ONU s'est dit extrêmement préoccupée par le fait que le nombre de personnes souffrant de malnutrition soit passé de 857 000 à un million au cours des six derniers mois. « Si les enfants sévèrement mal-nourris ne reçoivent pas le traitement médical dont ils ont besoin en urgence, ils risquent de mourir » a-t-elle ajouté.

Valérie Amos a relevé que plus de 1,4 million de personnes avaient reçu de la nourriture ou un soutien humanitaire depuis le début de l'année, et 230 000 enfants étaient soutenus par un traitement nutritionnel.

Cependant, elle a précisé que l'impact de l'insécurité et du manque de financement risquait de limiter ces efforts, l'appel de fonds de 933 millions de dollars pour 2014 n'étant financé qu'à hauteur de 34%.

Valérie Amos a demandé à ce que la communauté internationale fasse tout son possible pour empêcher qu'une nouvelle urgence humanitaire ne dévaste le pays. Selon Maria Cristina Perceval, les membres du Conseil de sécurité ont insisté « pour que toutes les parties, y compris l'AMISOM facilitent un accès humanitaire libre, complet et sécurisé, particulièrement dans les zones les plus reculées »

(Extrait sonore : Maria Cristina Perceval, Présidente du Conseil de sécurité)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...