ONU : les enfants « premières victimes des conflits » selon Leila Zerrougui

Écouter /

L'intensité des combats a atteint des niveaux sans précédent dans de nombreux conflits au cours des derniers mois a avertit la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Leila Zerrougui, lors de sa présentation de son rapport annuel devant le comité sur la protection des enfants de l’Assemblée générale, mercredi 15 octobre 2014, au Siege de l'ONU, à New York.

 «Les enfants sont les premières victimes”, a déclaré la Représentante spéciale, ajoutant “ils ont été tués, mutilés, utilisés et recrutés, ciblés et brutalisés par les forces et groupes armés.”

Aussi Leila Zerrougui a exhorté la communauté internationale à s’unir pour protéger les enfants face aux nouvelles vagues d’extrémisme qui balaient l’Irak, la Syrie, le Nigeria, la Libye et le nord du Mali.

“L’association des enfants avec des groupes extrémistes armés pose de nouveaux défis aux acteurs de la protection de l’enfant, surtout quand les mesures antiterroristes sont appliquées aux enfants avec peu ou aucune considération pour leur âge», a déclaré Zerrougui.

En outre, les conflits prolongés en Afghanistan, la Somalie, la République démocratique du Congo, ainsi que de grandes urgences à grande échelle en Syrie, la République centrafricaine, le Soudan du Sud et de Gaza continuent à faire des ravages dramatiques sur les enfants.

Pour la Représentante spéciale, le choix de Malala Yousafzai comme lauréate du prix Nobel pour la paix cette année envoi un message fort que la communauté internationale donne la priorité à l’éducation pour tous les élèves, et que nous devons agir ensemble pour s’assurer que les enfants touchés par les conflits peuvent continuer à apprendre et à construire un avenir meilleur.

Enfin, Leila Zerrougui a conclu sa présentation en demandant à l’Assemblée générale d’approuver et de soutenir la campagne «Les enfants, pas des soldats», qui vise à mettre fin au recrutement et à l’utilisation des enfants dans les forces de sécurité du gouvernement dans le conflit en 2016.

“Veiller à ce que les enfants ne soient pas associés à des forces armées dans les conflits est essentiel pour construire des armées professionnelles et des sociétés stables fondées sur la primauté du droit et la protection des droits de l’enfant», a-t-elle déclaré.

(Mise en perspective :  Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...