OMS : près de 9 millions de cas de tuberculose par an

Écouter /

UN Photo/Fardin Waezi

La tuberculose reste la deuxième maladie infectieuse la plus meurtrière dans le monde après le sida. Selon le rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publié ce mercredi à Genève, il y aurait en réalité 500 000 cas supplémentaires par rapport aux dernières estimations. En 2013, 9 millions de nouveaux cas de tuberculose et 1,5 million de décès ont été enregistrés, contre 1,6 million de décès liés au sida en 2012. Les chiffres de 2013 sont un peu plus élevés que ceux de 2012 (8,6 M de nouveaux cas et 1,2 M de décès), en raison de la prise en compte des premiers chiffres détaillés du Nigeria.

Plus de la moitié (56%) des nouveaux cas de tuberculose ont été enregistrés l’an dernier en Asie du sud-est et dans la région Pacifique, les deux régions les plus peuplées du monde, mais c’est en Afrique que le taux des cas de tuberculose et des décès par rapport à la population de tuberculose reste le plus important. Sur les 1,5 million de personnes décédées de la tuberculose en 2013, 360.000 étaient par ailleurs co-infectées par le VIH (virus du sida).

Toutefois, l'OMS note que la lutte contre la tuberculose a fait des « progrès majeurs » qui ont permis de sauver 37 millions de vies entre 2000 et 2013, mais le combat n’est pas encore gagné. « Dans la mesure où la plupart des décès dus à la tuberculose sont évitables, le nombre des victimes est encore élevé » relève l’OMS qui souligne la nécessité d’accélérer” les efforts pour parvenir aux objectifs de son plan Halte à la tuberculose 2006-2015.

L’OMS s’est fixée comme but de réduire de moitié le taux de mortalité de la tuberculose (le nombre de décès pour 100.000 habitants) et le taux de prévalence de la maladie (le nombre de personnes souffrant de la maladie à un moment donné pour 100.000 personnes) avant 2015.

Fin 2013, le taux de mortalité avait “globalement” baissé d’environ 45% depuis 1990 tandis que le taux de prévalence avait baissé de 41%, selon le rapport.

Parmi les facteurs d’optimisme, l’OMS cite la stabilisation à 3,5% des cas de tuberculose multirésistante – qui ne répondent pas aux traitements antibiotiques de première ligne – ainsi que l’apparition de tests plus rapides pour diagnostiquer la maladie.

Le rapport note également que « pour la première fois depuis 40 ans, de nouveaux traitements contre la tuberculose commencent à émerger », dont des traitements combinés incluant de nouvelles molécules qui font l’objet d’essais cliniques.

(Interview : Dr Mario Raviglione, Directeur, Département Halte à la tuberculose, OMS ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...