OCHA demande un « plan Marshall » pour aider les pays affectés par la crise en Syrie

Écouter /

John Ging. Photo ONU/JC McIlwaine

Les pays voisins de la Syrie ont besoin de l'aide internationale pour faire face aux conséquences de la crise syrienne, a dit  John Ging, le Directeur des opérations du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), lors d'une conférence de presse ce mercredi 29 octobre à New York.

Il faisait le point sur sa récente tournée au Liban, en Jordanie et en Iraq.

Avec près de 200 000 morts, et plus de 10 millions de personnes ayant besoin d'aide humanitaire en Syrie, cette crise syrienne est le plus grand désastre humanitaire auquel est confrontée la communauté internationale, a-t-il dit, ajoutant que la situation continuait à s'aggraver.

John Ging a regretté que 2.8 millions d'enfants soient actuellement déscolarisés, ce qui menace l'avenir du pays tout entier.

L'Iraq est le premier pays affecté par la crise syrienne et le pays fait désormais face à sa propre crise, avec  plus de 5 millions de personnes ayant besoin d'assistance humanitaire, a encore expliqué le Directeur des opérations à OCHA. Si le pays bénéficie d'immenses ressources naturelles, a-t-il ajouté, le gouvernement n'a plus accès à ses ressources et ne peut plus venir en aide aux personnes déplacées.

John Ging a lancé un appel à la communauté internationale, expliquant que les programmes d'OCHA dans la sous-région faisaient face à un sous-financement chronique. Il a insisté sur l'importance d'apporter un soutien aux réfugiés à l'approche de l'hiver pour répondre à leurs besoins de base : vêtements, couverture et abri.

Revenant sur le cas de la Jordanie, du Liban et de la Turquie, le Directeur des opérations d'OCHA a rappelé que ces pays avaient généreusement ouvert leurs frontières aux réfugiés depuis plusieurs années, et qu'ils ont du dépenser des milliards de dollars pour supporter ce fardeau qui pèse sur leurs infrastructures et la fourniture des services publics.

L'aide dont ont besoin ces pays frontaliers dépasse l'assistance humanitaire aux réfugiés.

D'après John Ging, il est nécessaire d'investir dans les infrastructures pour soutenir économiquement ces pays qui accueillent des réfugiés syriens, sur le modèle du plan Marshall pour l'Allemagne mis en place après la seconde guerre mondiale.

(Extrait sonore : John Ging, Directeur des opérations du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...