Niger : un camp de réfugiés maliens attaqué

Écouter /

Photo: Hélène Caux / HCR

Au Niger deux attaques simultanées ont été menées jeudi à Ouallam, à une centaine de kilomètres de Niamey, la capitale, a indiqué vendredi 31 octobre le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). L'une des attaques visait à libérer des prisonniers, l'autre a été menée contre le camp de réfugiés Mangaize qui accueille quelques 6.000 réfugiés maliens. Le poste de sécurité du camp a été incendié et 4 policiers ont été tués.

Selon le HCR, les détails sont encore fragmentaires à ce stade, mais les premières informations indiquent que jusqu’à 9 membres de la police et de la Garde nationale auraient été tués dans ces attaques. Deux réfugiés ont été blessés dans le camp Mangaize par des balles perdues. Une femme réfugiée a été médicalement évacué à Niamey.

« Après l’attaque de jeudi, la quasi-totalité des réfugiés ont quitté le camp et ont fui vers le village adjacent Mangaize par crainte de nouvelles attaques. Depuis ce matin [vendredi], notre équipe sur le terrain rapporte que la plupart des réfugiés sont maintenant rentrés au camp » a affirmé le porte-parole du HCR à Genève.

Selon le HCR, des renforts pour les forces de sécurité ont été déployés dans la région. On craint que les assaillants, qui étaient lourdement armés, aient posé des mines dans les environs pour assurer leur fuite au Mali voisin.

Le HCR a par ailleurs annoncé que seules les activités humanitaires essentielles et vitales, telle que l’approvisionnement de l'eau par camions au camp, allaient se poursuivre pour le moment.

Le Niger accueille quelque 50.000 réfugiés maliens.

Les autorités ont déclaré trois jours de deuil national. Le HCR a présenté ses condoléances aux autorités et aux familles des agents de police, en particulier ceux qui gardaient le camp de réfugiés.

(Extrait sonore : William Spindler, porte-parole du HCR)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...