Mali: une quarantaine de personnes sous surveillance après la confirmation du 1er cas d'Ebola

Écouter /

Des professionnels de santé participant à la lutte contre Ebola en Guinée. Photo OMS/T. Jasarevic

Alors que la progression de la fièvre Ebola se poursuit de façon exponentielle en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, deux nouveaux foyers d'Ebola viennent d'allonger la liste des pays touchés. Un médecin qui a travaillé en Guinée avec l’ONG Médecins sans frontières a contracté le virus et a été placé en isolement dans un hôpital  à New York.  De son côté, le Mali a enregistré son premier cas confirmé d’Ebola, une fillette venue de la Guinée voisine qui a été placée en quarantaine à Kayes, dans l’ouest du pays.

La petite fille, âgée de deux ans, est originaire de Kayes, dans l'ouest du pays. Elle revenait de Guinée. Après avoir perçu les premiers symptômes, fièvre, saignements de nez, sa famille a d'abord consulté un voisin infirmier qui a immédiatement indiqué le chemin de l'hôpital où l'alerte a été donnée.

Dans ces conditions, une quarantaine de personnes sont sous surveillance au Mali, après le premier cas de fièvre hémorragique.  Selon Fadela Chaib, porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le ministère malien de la Santé a indiqué que toutes les personnes ayant été en contact avec l’enfant avaient été placées sous surveillance, sans donner de chiffres concernant le nombre de personnes concernées. Sur les 43 personnes en observation, il y a 10 personnels de santé, qui ont notamment soigné la petite fille à la clinique pédiatrique.

L’OMS a également indiqué vendredi qu’elle allait envoyer une nouvelle équipe de spécialistes au Mali afin d’aider les autorités sanitaires du pays. Une équipe de trois spécialistes se trouve actuellement au Mali afin d’évaluer l’état de préparation sanitaire des autorités locales. Elle sera renforcée par un groupe d’au moins quatre autres personnes dans les prochains jours.

Le Mali est le 8e pays au monde (Guinée, Liberia, Sierra Leone, Nigeria, Sénégal, Etats-Unis et Espagne) à être concerné par l’épidémie qui a déjà fait près de 4.900 morts depuis son apparition en décembre 2013 en Guinée.

(Interview : Fadela Chaib, porte-parole de l'OMS ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...