L'Union internationale des parlementaires lance un appel à endiguer le terrorisme et les violations des droits de l'homme

Écouter /

Saber Chowdhury, nouveau président de l’UIP, photo UIP / Lucien Fortunati

Le comité exécutif de l'Union Parlementaire Internationale (UIP), préoccupé par l'expansion du terrorisme dans le monde, a demandé aux parlementaires de jouer leur rôle de leaders d'opinion en démontant les mythes fondateurs des idéologies extrémistes qui peuvent conduire au terrorisme.

Dans un communiqué daté du 16 octobre, le comité a condamné toutes les formes de violence et l'instabilité politique qu'elles provoquaient, et déplore la prolifération des groupes et organisations terroristes.

Durant la 131ème Assemblée de l'UIP qui se tient à Genève en Suisse, le comité sur les droits des parlementaires a examiné 31 cas d'abus aux droits de l'homme impliquant 143 parlementaires dans 9 pays (Cameroun, Colombie, RD Congo, Israel, Malaysie, Oman, Palestine, Turquie et Zambie). Dans la plupart des cas, il s'agissait de violations de la liberté d'expression des députés.

Les 145 membres de l'UIP ont également réaffirmé leur souhait de voir tous les pays mettre en œuvre des lois exhaustives sur l'égalité homme-femme et l'interdiction de la violence faite aux femmes.

A l'occasion de cette 131ème assemblée, le député Bengali Saber Chowdhury a été élu président de l'UIP pour un mandat de trois ans.

Emprisonné pour des raisons politiques en 2002 et 2003, il a été reconnu « prisonnier d'opinion » par Amnesty International.

Il fut ensuite l'initiateur d'une loi révolutionnaire sur l'abolition de la torture et de la violence domestique au Bangladesh.

(Mise en perspective : N’dongo Athie)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...