Le chef de la MONUSCO condamne une nouvelle attaque meurtrière à Beni

Écouter /

Le chef de la MONUSCO, Martin Kobler, se recueille devant les dépouilles des victimes à Béni. Photo Radio Okapi/Papy Martial Muteba.

Trente personnes ont été tuées et trois autres blessées dans  une attaque commise le 15 octobre à Ngadi et Kadowu, deux villages de la région de Beni, à l'est de la République Démocratique du Congo.  Martin Kobler, le chef de Mission des Nations-Unies en RDC, la MONUSCO,  a fermement condamné ces attaques qu'il a qualifiées de « carnage, de massacre inacceptable ».

Selon le communiqué publié par la MONUSCO, l'attaque aurait été perpétrée par des éléments supposés appartenir au groupe rebelle ougandais de l'Alliance des Forces démocratiques (ADF), soupçonné d'autres attaques contre des civils dans la région de Beni et d'Oicha.

Le chef de la MONUSCO a réaffirmé le soutien de la Monusco aux autorités locales et nationales dans leurs efforts visant à neutraliser tous les groupes armés dans l'Est de la RDC, y compris l'ADF.

Apres s'être recueilli ce vendredi 17 octobre devant les dépouilles des personnes assassinées, Martin Kobler a rencontré les familles des victimes auxquelles il a présenté ses condoléances.

Il a expliqué que « La Monusco [continuerait] à soutenir avec détermination l'opération Sukola 1 en cours, c'est-à-dire la neutralisation de l'ADF et de ses leaders, la libération des otages encore détenus et le plein retour de l'autorité de l'état dans les régions affectées ».

Il a expliqué que le contingent népalais et des éléments de la brigade d'intervention réalisaient en ce moment des patrouilles dans la région pour améliorer la sécurité des populations civiles. 

(Extrait sonore: Martin Kobler, propos recueillis par Radio Okapi)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...