Journée mondiale: reconnaître la transformation urbaine et le rôle des villes dans le monde aujourd’hui

Écouter /

La communauté internationale célèbre pour la première fois vendredi 31 octobre la Journée mondiale des villes. Depuis 2010, la population urbaine a surpassé en nombre la population vivant en milieu rural dans le monde.

Selon le Directeur Exécutif d’ONU-Habitat, Dr. Joan Clos, ce phénomène montre le rôle de plus en plus important des villes alors que la population mondiale devient à prédominance urbaine.

La célébration de cette Journée mondiale se déroule à Shanghai, en Chine, ou était organisée en 2010 l'exposition universelle qui avait pour thème « de meilleurs villes pour une meilleure vie » et qui avait permis de mettre la lumière sur l'enjeu du développement urbain.

Alioune Badiane, Directeur des projets et programmes à ONU-Habitat, revèle dans un entretien avec la Radio des Nations Unies, les trois enjeux majeurs auxquels sont confrontées les grandes villes.

Il s'agit tout d'abord d'organiser le développement urbain, face à un processus d'exode rural inexorable, de façon à éviter une « bidonvillisation » des villes du sud et garantir la fourniture des services publics.

En Afrique, a-t-il rappelé, plus de 60% des populations africaines vivent dans des bidonvilles qu'il définit par 5 critères : la précarité de la propriété foncière, le manque d'accès à l'eau et à l'assainissement, la vulnérabilité des constructions, et la promiscuité.

Le second enjeu est, pour ce responsable d'ONU-Habitat, la criminalité qui rend très dangereuse la vie dans les métropoles. Celle-ci est intimement liée, selon lui, au chômage des jeunes.

Enfin, la vulnérabilité des métropoles face aux catastrophes naturelles et aux conséquences du changement climatique est pour Alioune Badiane un des enjeux majeurs pour les villes d'aujourd'hui.

Alors qu'en 2030, 5 milliards de personnes devraient vivre en ville, selon les estimations d'ONU-Habitat, il est urgent de bien planifier la transformation urbaine pour que les villes deviennent  – ou demeurent – des lieux agréables de vie et des sources d'opportunité économiques.

Alioune Badiane insiste particulièrement sur deux éléments à prendre en compte dans les politiques de développement urbain : le respect de l'environnement, avec la mise en œuvre d'espaces naturels et ouverts au sein des villes, pour le bien-être des habitants, et la mixité urbaine afin d'éviter la ghettoïsation des métropoles.

Pour cela, le Directeur des projets et des programmes à ONU-Habitat est confiant : « Shanghai nous a montré de nombreux exemples de planification urbaine réussie,; des alternatives existent ». Et d'ajouter «  Les villes africaines n'ont pas besoin d'imiter les métropoles européennes ; on n'a pas besoin de Paris en Afrique ! ».

(Interview: Alioune Badiane,  Directeur des projets et programmes à ONU-Habitat ; propos recueillis par Jean-Pierre Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...