Islam : la femme est libre selon le Coran, explique Moungia Al-Souwahi

Écouter /

Mongia al-Souwahi, Professeur en études coraniques de l’Université de Zeytune. (Photo : ONU)

Cette semaine dans Voix de femmes nous recevons Moungia Al-Souaihi, docteur en études coraniques et sciences islamiques depuis 30 ans à l'Université del Zeitoun en Tunisie.

Selon l'auteur de l' «Interprétation féminine de l'Islam » et fondatrice de Karamah, un reseau de femmes juriste musulmanes pour les droits humains, l'intolérance et l'oppression de la femme qui sont menées au nom du Coran sont issues d'interprétations erronées du livre saint et des paroles du prophète.

« Quand on revient au Coran, la femme est libre , elle a tout les droits politiques et sociales, elle a le droit de marrier qui elle veut et la violence ne doit jamais etre utilisée à son encontre » souligne la spécialiste en matiere coranique, affrimant que le Coran ne subjugue pas les femmes..

Aussi précise-t-elle que l'Islam prône le respect du judaïsme et du christianisme ainsi que des prophètes qui ont précédé Mohammed.

Face à la montée extrémiste qui sévit actuellement, la spécialiste appelle au retour aux textes coraniques, soulignant que trop souvent les musulmans s'en réfère à leur Cheikh plutôt qu'a leur propre lecture du Coran.

Pour Moungia Al-Souaihi, le port du voile est une question de liberté et le debat sur le port du voile est un faux problème. « On laisse les problèmes économiques et la violence contre les femmes et beaucoup de problèmes pour parler du voile, laissez chacun porter ce qu'il veut », affirme-t-elle.

Le Professeur explique que l'excision est une tradition pharaonique, qui n'est nullement reprise dans les textes de l'Islam.

Enfin Moungia Al-Souaihi, exhorte les Nations Unies a arrêter les violences qui se font actuellement contre les femmes dans le monde arabe, en encouragent notamment toutes les idées modernes dans les religions qui respectent l'Homme.

La Professeur, qui fait partie du groupe de personnes et leaders religieux éminents pour la santé reproductive et sexuelle du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), a récemment participé à une réunion de deux jours sur la santé reproductive dans l'agenda de développement post 2015. C’était l'occasion pour la Radio des Nations Unies de lui tendre le micro.

(Interview : Moungia Al-Souaihi, docteur en études coraniques de l'Université del Zeitoun en Tunisie ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...