En cote d’Ivoire, la prévention des communautés face au risque de l’épidemie d’Ebola

Écouter /

Kone Disso dans son travail de porte à porte. Extrait d’une vidéo UNICEF.

Alors que le Mali confirmait vendredi 24 octobre le premier cas d'Ebola sur son territoire, chez une fillette de 2 ans qui a traversé le pays en bus, alors qu'elle présentait déjà les premiers symptômes de la maladie, l'Organisation Mondiale de la Santé, l'OMS, insiste sur la nécessité d'informer et de sensibiliser la population à la maladie, afin d'endiguer au mieux l'épidémie.

Dès le mois de septembre, l'OMS avait identifié la Côte d'Ivoire et le Mali comme les deux pays les plus à risque d'être touchés par l'épidémie d'Ebola.

Dans les deux pays, les autorités ont déjà mis en place des unités d'isolement dans les centres de santé pour accueillir les cas suspects ou confirmés.

En Côte d'Ivoire dans la région de Man, à la frontière avec le Liberia, des actions d'information et de prévention sont menées en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance, l'UNICEF, pour préparer la population et limiter les risques de contamination en évitant les comportements à risque.

Kone Disso est un des travailleurs sociaux qui rencontre les communautés de cette région pour leur expliquer les modes de transmission du virus. Il explique qu'il se sent d'autant plus engagé qu'il craint pour sa famille. Pour lui, certains comportements sont difficiles à changer : par exemple, dans cette région couverte par la forêt tropicale, il est très répandu de consommer de la viande de brousse. Il rencontre aussi des réticences quand il explique aux familles qu'il ne faut pas toucher les malades d'Ebola, encore moins les personnes décédées.

(Reportage UNIFEED / UNICEF / Priscilla Lecomte)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...