Ebola : la fièvre hémorragique a tué près de 5000 personnes

Écouter /

Des agents sanitaires dans le district de Foya, au Liberia(photo: UNICEF/Jallanzo)

La fièvre hémorragique Ebola a fait 4.877 morts sur 9.936 cas enregistrés dans sept pays. Avec ce dernier bilan daté du 19 octobre et publié hier mercredi à Genève, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé de diviser en deux groupes les pays touchés par l’épidémie. Le premier groupe est composé des trois pays les plus atteints (Liberia, Sierra Leone et Guinée), et le deuxième groupe comprend les Etats-Unis et l’Espagne.  Le Nigeria et le Sénégal viennent d’être retirés de la liste des pays touchés par l’épidémie, car ils n’ont plus signalé de cas depuis 42 jours.

 

Le bilan de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest approche les 10.000 cas pour près de 4.900 morts, en plein renforcement des dispositifs de précaution et de la mobilisation internationale. Selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la fièvre hémorragique a tué 2705 Libériens, 1259 Sierra-léonais et 904 Guinéens.

L’OMS juge que les cas réels de contamination sont bien plus nombreux que ceux effectivement recensés. Ce facteur multiplicateur est de 1,5 en Guinée, 2 en Sierra Leone et 2,5 au Libéria avec un taux de mortalité de 70% en cas de contamination. Les personnels de santé sont particulièrement touchés, avec 244 morts sur 443 infections dans tous ces pays.

Pourtant, l’OMS ajoute que les institutions médicales manquent cruellement de lits pour accueillir les malades dans ces pays et que l’aide sanitaire internationale demeure insuffisante.

Bonne nouvelle en revanche: le Nigeria et le Sénégal viennent d’être retirés de la liste des pays touchés par l’épidémie, car ils n’ont plus signalé de cas depuis 42 jours.

Par ailleurs, l’OMS espère obtenir les premiers résultats quant à l’efficacité des vaccins d’ici décembre. Mais ils ne devraient pas être opérationnels avant l’année prochaine. Les premiers lots de vaccins expérimentaux sont arrivés en Suisse pour être testés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Ces essais doivent avoir lieu aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et au Centre hospitalier universitaire vaudois à Lausanne.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Genève, pour la Radio des Nations Unies

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...