Côte d'Ivoire : le processus de réconciliation doit se poursuivre selon l'ONU

Écouter /

Photo: ONUCI

Avec la récente clôture des audiences publiques initiées par la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation (CDVR) certains s'interroge si celle-ci pourrait présager d'un climat social apaisé à l'approche des élections de 2015 en Côte d'Ivoire.

Pour la cheffe de l'unité justice transitionnelle au sein de la Division des Droits de l'Homme de la mission onusienne dans le pays, la CDVR était là pour mettre en oeuvre les plateformes pour la réconciliation et non pour la mener à bien jusqu'au bout.

Selon Margaret Bukuru, la justice ne terminera pas avant les élections car bien qu'efficace elle est lente, soulignant que s'il fallait attendre la justice avant de tenir les élections, celles-ci seraient reportées de 10 à 15 ans.

Pour la la cheffe de l'unité justice transitionnelle de l'ONUCI les audiences publiques sont terminées parce que le mandat de la CDVR est arrivé à sa fin, mais il faut néanmoins poursuivre le processus de réconciliation.

« Si j'avais un conseil a donné c'est que les audiences locales doivent continuer à organiser des séances de réconciliation » a-t-elle déclaré.

Il faudrait que la victime ait autorité sur l'auteur, a souligné Margaret Bukuru empruntant des termes maliens.

Selon elle les élections peuvent avoir lieu mais il faut sensibiliser les gens pour que « plus jamais cela ne se répète ».

(Extrait sonore : Marguerite Bukuru, cheffe de l'unité justice transitionnelle au sein de la Division des Droits de l'Homme de l'ONUCI ; propos recueillis par Mireille Gnahoré-Boti d’ONUCI-FM)

 

Classé sous L'info, Maintien de la paix.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...