UNICEF : des milliers d’orphelins rejetés et stigmatisés à cause d’Ebola

Écouter /

Centre de santé à Kenema dans la Province orientale de la Sierre Leone(Photo:UNICEF/Dunlop).

Au moins 3.700 enfants de Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone ont perdu un ou leurs deux parents à cause du virus Ebola depuis le début de l’épidémie en Afrique de l’Ouest. Selon les estimations préliminaires de l’UNICEF, nombre de ces enfants sont rejetés par les membres de leur famille qui ont survécu, par crainte de l’infection.

Certains de ces enfants « se sentent indésirables et même abandonnés ». « Les orphelins sont généralement pris en charge par un membre de la famille élargie mais, dans certaines communautés, la peur du virus Ebola l'emporte de plus en plus sur les liens familiaux », a déclaré Manuel Fontaine, Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique de l'Ouest et l’Afrique centrale, qui vient de rentrer d’une visite de deux semaines en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone.

« Des milliers d’enfants vivent dans des conditions précaires suite au décès de leur père, de leur mère ou d'autres membres de leur famille, », a-t-il ajouté. Dans un communiqué rendu public ce mardi 30 septembre 2014 à Genève, Manuel Fontaine rappelle l'importance d'accorder à ces enfants «de toute urgence une attention et un appui particuliers ».

Alors que le bilan ne cesse de s'alourdir, des rapports préliminaires de la Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone semblent indiquer que le nombre d’enfants orphelins à cause du virus Ebola a nettement augmenté ces dernières semaines et risque de doubler d’ici à la mi-octobre.  Le virus Ebola a également un profond impact sur les enfants, surtout quand on doit les isoler, eux ou leurs parents, pour le traitement.

L’UNICEF a lancé un appel à hauteur de 200 millions de dollars É.-U. pour fournir une aide d’urgence aux enfants et aux familles touchées par l’épidémie d’Ebola dans la région, y compris pour des activités de protection. Jusqu’à présent, l’UNICEF n’a reçu que 25 pour cent de ce montant.

Alors même qu'il renforce son intervention face au virus Ebola, l’UNICEF cherche à assurer aux enfants l'appui affectif et matériel dont ils ont besoin au moyen d'interventions traditionnelles mais aussi nouvelles.

Au Libéria, l’UNICEF aide le gouvernement à former 400 assistants sociaux et agents de santé, spécialistes de santé mentale, supplémentaires. L’UNICEF travaille également avec les autorités locales dans les comtés les plus touchés pour aider à renforcer le soutien familial et communautaire à destination des enfants touchés par le virus Ebola et fournir des soins à ceux qui ont été rejetés par leurs communautés ou dont les familles ont péri.

En Sierra Leone, l’UNICEF travaille également avec des partenaires pour réunir les enfants séparés avec leurs familles par le biais d’un vaste réseau de recherche des familles opérant dans tout le pays. Ce réseau leur assure aussi un soutien psychosocial.

En Guinée, l’UNICEF et ses partenaires apporteront un appui psychosocial à environ 60 000 enfants et à leurs familles vulnérables dans les communautés touchées par le virus Ebola.

« Ebola transforme une réaction humaine fondamentale telle que le réconfort d'un enfant malade, en une sentence de mort potentielle, a déclaré Manuel Fontaine. La grande majorité des enfants touchés par le virus Ebola ne disposent toujours pas des soins appropriés. Nous ne pouvons pas répondre à une crise de cette nature et de cette ampleur avec les moyens habituels. Nous avons besoin de plus de courage, plus de créativité, et de beaucoup, beaucoup plus de ressources. »

(Extrait sonore : Manuel Fontaine, Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique de l'Ouest et l’Afrique centrale)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...