Ukraine: un demi-million de déplacés ou réfugiés en raison du conflit dans l'Est

Écouter /

Un employé du HCR interroge un déplacé ukrainien sur la situation dans sa région natale de Donetsk (photo : HCR/I.Zimova)

La guerre civile qui se déroule dans l’est de l’Ukraine a provoqué le déplacement de plus d’un million de personnes dont 814.000 ressortissants ukrainiens qui se trouvent en Russie sous différents statuts. Le nombre de personnes déplacées en Ukraine a, lui, presque doublé au cours des trois dernières semaines pour atteindre au moins 260.000 alors que l’exode se poursuit.

 

Le conflit en Ukraine a forcé plus d’un demi-million de personnes à fuir leurs foyers, avec au moins 260.000 déplacés à l’intérieur de l’Ukraine et le même nombre de réfugiés en Russie. Selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), le nombre de déplacés interne a presque doublé au cours des trois dernières semaines. Une précédente estimation du HCR, le 20 août, faisait état de 190.000 personnes déplacées à l’intérieur de l’Ukraine et de 197.400 personnes ayant fui vers la Russie.

Mais ces chiffres pourraient être beaucoup plus importants. En effet, le HCR estime que le nombre de déplacés en Ukraine est «nettement supérieur car beaucoup sont accueillis dans la famille ou par des amis et choisissent de ne pas s’enregistrer auprès des autorités».

Par ailleurs, des estimations des autorités russes, citées par le HCR, font état 121.000 demandes d’asile de citoyens ukrainiens en Russie. En outre, près 138.000 Ukrainiens ont demandé d’autres formes de permis de séjour ou de résidence, soit au total 260.000 Ukrainiens ayant fui les violences dans les régions de Donetsk et Lougansk.

«Si la crise n’est pas stoppée rapidement, elle aura non seulement des conséquences humanitaires dévastatrices mais elle a le potentiel de déstabiliser toute la région», a estimé le Haut-Commissaire aux réfugiés Antonio Guterres cité dans un communiqué rendu public ce mardi 2 septembre à Genève. «Après les leçons des Balkans, il est difficile de croire qu’un conflit d’une telle proportion puisse se développer sur le continent européen», a estimé Antonio Guterres.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Genève, pour la Radio des Nations Unies

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...