Ukraine : selon l'ONU, la paix durable passe par le respect de l'intégrité territoriale

Écouter /

Sous-Secrétaire général des Nations Unies aux droits de l'homme, Ivan Simonovic-Photo:ONU

Alors qu’un cessez-le-feu en Ukraine a été conclu la semaine dernière, le Sous-Secrétaire général des Nations Unies aux droits de l’homme, Ivan Simonovic, a rappelé lundi qu’une paix durable dans l’Est du pays n’est possible que si elle est fondée sur un règlement politique respectant l’intégrité territoriale.

« Les discussions actuelles au plus haut niveau sur le cessez-le-feu sont encourageantes », a  expliqué Simonovic dans un discours lors d’une réunion spéciale à Vienne de l'OSCE, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, consacrée à l’Ukraine.

« Toutefois, une paix durable dans l’Est de l’Ukraine ne peut être fondée que sur un règlement politique qui respecte l’intégrité territoriale du pays et garantit les droits de l’homme pour tous, y compris le plein respect de la langue et des autres droits des minorités ethniques », a-t-il ajouté.

Le Sous-Secrétaire général a rappelé qu’une solution militaire ne peut pas régler les problèmes dans l’Est de l’Ukraine.

« Alors que le côté ukrainien s’est renforcé, grâce à la mobilisation et à une meilleure organisation, l’autre côté a réagi par un déploiement accru de nouveaux combattants et par davantage d’armes sophistiquées, qui viendraient de l’extérieur du pays. Chaque changement dans l’équilibre des forces entraîne un coût plus élevé pour la population civile », a souligné  Ivan Simonovic.

« Le prix de l’escalade des hostilités est payé par tous les Ukrainiens, quelles que soient leur appartenance ethnique ou leur affiliation politique », a-t-il ajouté.

De son côté, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, a aussi déclaré que l'ONU était encouragée par l'accord de cessez-le-feu de vendredi. “Nous espérons que cela soit suivi par une mise en œuvre complète. Nous applaudissons le rôle de l'OSCE dans l'obtention de cet accord”, a-t-il déclaré devant le conseil permanent de l'OSCE réuni à Vienne.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...