Prévention de terrorisme : le Maroc partage ses bonnes pratiques dans ce domaine au Conseil de sécurité

Écouter /

jean-Paul Laborde (Photo ONU)

Le Conseil de sécurité s'est réuni mardi 30 septembre pour écouter le Royaume du Maroc et les pays ouest africains qui ont bénéficié de son programme de formation et d'encadrement des Imams et leaders religieux. Ils ont témoigné de l'approche innovante du Royaume chérifien pour empêcher et contrer l'incitation à commettre des actes motivés par l'extrémisme et l'intolérance.

En effet, le Royaume du Maroc a développé une démarche “globale cohérente et efficace” de lutte contre le terrorisme qui est considérée comme une bonne pratique par le Comité contre le terrorisme du Conseil de sécurité depuis 2013.

Cette démarche, qui comprend la formation obligatoire des Imams avant qu'il ne leur soit permis de prêcher, est ancrée dans l'histoire du pays et dans le fait que son Roi soit également le Commandeur des Croyants. Elle est fondée sur le triptyque sécurité, développement économique et réforme du champ religieux, et souligne l'importance de se pencher sur les conditions propices à la diffusion du terrorisme et de son incitation.

Selon le Directeur exécutif du Comité contre le terrorisme du Conseil de sécurité, Jean-Paul Laborde, qui a participé à la réunion du Conseil, les présentations ont souligné le rôle-clé que doivent jouer les chefs religieux dans la lutte contre l'incitation à commettre des actes terroristes et dans la lutte contre la propagation des conceptions religieuses extrémistes, qui peuvent être propices à la violence et au terrorisme.

Elles ont également permis de découvrir davantage le rôle important que les Etats Membres pourraient jouer dans la facilitation et l'approfondissement du dialogue intra et inter religieux, ce qui éviterait de recourir abusivement à l'argument religieux pour justifier des actes terroristes.

Selon Jean Paul Laborde, les présentations de haut niveau des expériences du Mali, de la Guinée, de la Cote d'Ivoire et du Nigeria, en liaison avec le Royaume du Maroc, ont permis de connaitre les stratégies nationales de ces pays. Ces strategies sont relatives à la prévention et à la lutte contre l'incitation ainsi que l'expérience de leaders religieux qui s'attachent à promouvoir les principes de modération, de tolérance et de respect envers autrui.

Le Directeur exécutif du Comité contre le terrorisme a souligné, pour conclure, que la résolution 2178 récemment adoptée par le Conseil de Sécurité, fait de la lutte contre l'extrémisme violent un élément essentiel dans la réponse à cette menace à la paix internationale et à la sécurité que représentent les combattants terroristes étrangers. Cette résolution encourage les Etats Membres à donner aux chefs religieux les moyens d'adopter des approches appropriées à la lutte contre la montée de l'extrémisme violent, et de promouvoir l'intégration et la cohésion sociales ainsi que l'Islam authentique.

(Interview : Jean-Paul Laborde, Directeur exécutif du Comité contre le terrorisme; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...