Migrations : l’OIM enquête sur la noyade délibérée de 500 migrants en Méditerranée

Écouter /

Le parcours du bateau avec les 500 migrants noyés délibérement.

Les enquêteurs de l'Organisation internationale pour les migrations ont obtenu les déclarations de personnes témoins d'un tragique incident au cours duquel 500 migrants se sont noyés après le naufrage délibéré de leur bateau dans la Méditerranée, a déclaré l'OIM mardi.

Selon l'Organisation ces déclarations confirment le nombre croissant de décès au large des côtes européennes qui avoisine déjà les 3.000 cette année, soit presque quatre fois le chiffre de 2013.

Pour le Directeur général de l'OIM, William Lacy Swing, le nombre de décès au large des côtes européennes est « choquant et inacceptable ».

« Ce sont des femmes, des enfants et des hommes qui n'ont que l'espoir d'une vie meilleure. Les risques qu'ils prennent reflètent leur désespoir et nous ne pouvons pas continuer à les abandonner à leur sort, » a-t-il declaré.

Le personnel de l'OIM et la police italienne ont interrogé deux survivants ramenés à terre dans la ville sicilienne de Pollazzo. Tous deux sont des Palestiniens originaires de Gaza qui ont été secourus séparément après avoir passé plusieurs jours accrochés à des dispositifs de flottaison. Ils ont raconté aux enquêteurs que leur embarcation surchargée a été coulée par des trafiquants fous furieux lorsque les migrants ont refusé de monter à bord d'un bateau hors d'état de naviguer. Les survivants, âgés de 27 et 33 ans, qui ont demandé l'asile, ont décrit des scènes déchirantes de victimes épuisées succombant tout autour d'eux.

Mardi matin, les autorités italiennes, maltaises et grecques avaient confirmé au personnel de l'OIM le sauvetage de 10 migrants du bateau naufragé. En outre, trois corps ont été repêchés de l'épave.

Les survivants en Sicile ont raconté à l'OIM avoir quitté le port de Damietta en Egypte le samedi 6 septembre, avec 500 hommes, femmes et enfants du Moyen-Orient et d'Afrique à bord. Ils ont affirmé avoir été forcés à changer d'embarcation plusieurs fois mais ont refusé d'être transférés sur un bateau qu'ils jugeaient hors d'état de naviguer. Fous furieux, les trafiquants auraient enfoncé le bateau avec le leur.

Les deux témoins ont confié au personnel de l'OIM avoir fui Gaza en passant par l'Egypte début septembre.

D'après leur témoignage, des Syriens, des Palestiniens, des Egyptiens et des Soudanais étaient à bord.

Un porte parole de l'OIM a précisé que si les témoignages des survivants sont confirmés, il s'agira du pire naufrage de migrants depuis des années, non pas une tragédie accidentelle, mais une noyade de migrants provoquée intentionnellement par des groupes criminels qui leur extorquent de l'argent pour leur périple désespéré.

(Interview : Christiane Berthiaume, porte-parole de l'OIM ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...