Migrants : les politiques de fermeture des frontières sont vouées à l’échec, selon un expert de l’ONU

Écouter /

Hausse de près d’un quart des demandes d’asile au premier semestre de 2014. De milliers de migrants dont certains fuient des zones de conflit tentent d’effectuer la traversée périlleuse à bord d’un bateau surchargé. (photo : HCR/A.D’Amato)

Les politiques consistant à sceller les frontières et à empêcher à tout prix les immigrants illégaux d’entrer en Europe sont vouées à l’échec, a averti mardi 30 septembre le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des migrants, François Crépeau.

L’ONU estime à plus de 130.000 le nombre de migrants et de demandeurs d’asile qui sont arrivés en Europe par la mer depuis le début de l’année, contre 80.000 l’an dernier. Elle estime à plus de 800 le nombre de ceux qui se sont noyés en mer Méditerranée cette année.

Malgré des initiatives positives comme l’augmentation des opérations de recherche et de secours qui ont permis de sauver de nombreuses vies, l’accent reste mis, dans les politiques européennes, sur les moyens de restreindre l’entrée des migrants plutôt que de créer de nouveaux canaux de migration légale.

« Il est impossible de sceller les frontières internationales et les migrants continueront d’arriver malgré tous les efforts pour les en empêcher, qui ont un coût très élevé en termes de vies et de souffrances », a déclaré François Crépeau dans une Lettre ouverte rendue publique à la veille de la tenue mardi d’une séance d’auditions de la Commission du Parlement européen sur les droits et libertés fondamentaux.  

Crépeau a par ailleurs appelé les Etats européens à davantage d’efforts concertés pour aider les pays qui sont en première ligne comme l’Italie, Malte, la Grèce et l’Espagne. « Les programmes de recherche et secours ne peuvent relever de la seule responsabilité des pays en première ligne », a-t-il indiqué.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...