Libye /OIM : la situation continue à se dégrader

Écouter /

Près de 150.000 habitants de Tripoli, , soit 31.000 familles, sont sans-abri suite à l'intensification des conflits a annoncé l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Selon l’OIM la situation en Libye a continué à se dégrader. L’Organisation a remarqué une insécurité croissante pour les quelques 200.000 migrants étrangers qui vivent et travaillent à Tripoli, Misrata et Benghazi, dont les 7.000 «migrants vulnérables» qui ont besoin urgent d’aide à l’évacuation.

La flambée des Prix alimentaires, les coupures d’électricité, les graves pénuries de carburant et les difficultés à acheter des biens et services de base rendent la vie plus difficile pour les habitants de Tripoli.

L’OIM continue sont travail sur le terrain en recevant des appels téléphoniques de migrants qui souhaitent retourner dans leur pays d’origine et les ambassades qui cherchent de l’aide pour évacuer leurs ressortissants. L’OIM a reçu une demande urgente de l’Ambassade du Pakistan pour aider jusqu’à 2.000 ressortissants pakistanais se trouvant dans les zones de Tripoli et de Benghazi et organiser leur retour en toute sécurité au Pakistan. D’autres migrants ont estimé qu’ils avaient peu de choix que de rejoindre un flot de migrants, cherchant à quitter la Libye pour l’Italie par voie maritime, une route qui est devenue de plus en plus périlleuse depuis que les derniers combats ont éclaté.

Depuis la dernière crise de la Libye qui a commencé à la mi-Juillet, l’OIM a rapatrié 125 migrants, dont beaucoup d’entre eux en provenance du Sri Lanka, du Pakistan, de l’Ethiopie et de la Côte d’Ivoire par la Tunisie. Elle s’emploie actuellement à organiser l’évacuation de 30 travailleurs yéménites cherchant un passage sûr de Tripoli. Le 31 Août, l’OIM a réussi à évacuer de Tripoli 12 femmes de l’Ethiopie et de la Côte d’Ivoire à la Tunisie. Les femmes vivaient sans assistance de base – ni nourriture, eau, ou soutien psychologique – dans les centres de détention de l’immigration dans la capitale de la Libye. Pendant le mois d'Août, les observateurs de l’OIM ont déclaré qu’au moins 6.000 ressortissants égyptiens avaient également fui la Libye par les frontières avec l’Egypte et la Tunisie. Néanmoins, l’Organisation estime que jusqu’à un million d’Egyptiens sont restés en Libye. L’aéroport a été gravement endommagé lors des combats et ne pouvait plus être utilisé pour l’évacuation des réfugiés. Cette situation de sécurité a eu un impact sur la capacité de l’OIM à fournir une assistance. Malgré les circonstances difficiles, l’OIM entend poursuivre les opérations d’évacuation pour aussi longtemps que possible.

(Extrait sonore : Christiane Berthiaume, porte parole de l'Organisation internationale pour les migrations)

 

Classé sous Dossiers, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...