L’Algérie estime qu’il faut intensifier la lutte contre les groupes terroristes au Sahel

Écouter /

Le Ministre des affaires étrangères de l'Algérie, Ramtane Lamamra. Photo: ONU/Paulo Filgueiras

Le Ministre des affaires étrangères de l’Algérie, Ramtane Lamamra, a déclaré samedi devant l’Assemblée générale des Nations Unies qu’il était nécessaire d’intensifier la lutte contre les groupes terroristes au Sahel.

M. Lamamra a rappelé que son pays conduisait, à la demande des parties maliennes, « une grande médiation entre le gouvernement malien et les mouvements du Nord, avec une équipe forte et représentative de l’Afrique et de la communauté internationale dans son ensemble. »

« L’adoption d’une ‘Feuille de route pour les négociations dans le cadre du processus d’Alger’ et d’une ‘Déclaration de cessation des hostilités’ ont balisé le terrain pour le lancement de négociations substantielles, depuis le 1er septembre, en vue de parvenir à un accord de paix globale et définitive », a-t-souligné. « Le lancement de ces pourparlers a été un motif de satisfaction en ce qu’il a coïncidé avec la libération des deux derniers diplomates algériens retenus en otages pendant près de trois ans par un groupe terroriste ».

S’agissant de la Libye, le Ministre algérien a noté que la situation dans ce pays n’a cessé de se dégrader ces trois dernières années. « La double initiative algérienne, de mise en place d’un cadre d’action commune de tous les pays voisins de la Libye et le lancement d’un dialogue inclusif en vue de la réconciliation nationale et du renforcement des institutions de l’Etat, est venue apporter une contribution de qualité à un sursaut collectif salutaire du peuple libyen que nous appelons de tous nos voeux », a-t-il dit.

Selon le Ministre des affaires étrangères, « cette difficile conjoncture régionale requiert une intensification des efforts de lutte contre les groupes terroristes qui sévissent au Sahel et les interconnexions qu’ils ont établies avec les réseaux du trafic de drogues et du crime organisé ».

M. Lamamra a indiqué qu’au sein du Forum global de lutte antiterroriste, l’Algérie poursuivra sa coopération notamment, en tant que co-président du Groupe de travail sur le Sahel, sur les questions de sécurisation des frontières ainsi que la prévention des enlèvements contre rançon par des groupes terroristes.

« L’assassinat du ressortissant français Hervé Gourdel souligne l’exigence du renforcement de la coopération antiterroriste dans toutes ses dimensions », a-t-il ajouté.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...