La Chine souligne que toute action coercitive doit être autorisée par le Conseil de sécurité

Écouter /

Le Ministre des affaires étrangères de la Chine, Wang Yi. Photo ONU/Kim Haughton

Le Ministre des affaires étrangères de la Chine, Wang Yi, a souligné samedi devant l’Assemblée générale des Nations Unies, que toute action coercitive pour régler les divers conflits dans le monde doit être autorisée par le Conseil de sécurité de l’ONU.

« Comme nous l’avons vu à Gaza, en Iraq, en République centrafricaine et au Soudan du Sud, notre monde est loin d’être paisible », a noté Wang Yi. « Face aux conflits incessants, nous devons nous demander : ‘comment pouvons-nous arriver à une paix durable ? »

Pour répondre à ces problèmes, il a souligné que son pays pensait qu’il fallait faire un certain nombre de choses.

« Tout d’abord, nous devrions chercher des solutions politiques », a-t-il dit. « Toute action coercitive devrait avoir l’autorisation du Conseil de sécurité. Si un pays place ses lois internes au-dessus du droit international et interfère dans les affaires internes d’autres pays comme il veut ou cherche même un changement de régime, la légitimité de cette action ne peut qu’être remise en cause par la communauté internationale. »

« Deuxièmement, nous devrions accommoder les intérêts de toutes les parties », a ajouté le Ministre chinois. « Troisièmement, nous devrions promouvoir la réconciliation nationale. » Enfin, il a estimé qu’il fallait conforter le multilatéralisme.

S’agissant de l’Ukraine, il a souhaité que « les Nations Unies jouent pleinement leur rôle dans la recherche d’une solution appropriée à la crise ukrainienne. »

S’agissant de l’Iraq, le Ministre a souligné que son pays soutenait la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de ce pays. Il a appelé à fournir davantage d’assistance humanitaire pour soutenir l’Iraq.

« La Chine s’oppose fermement à toutes les actions terroristes et soutient la communauté internationale dans sa réponse à la menace posée par les forces terroristes d’une manière coordonnée et concertée conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité », a-t-il ajouté.

« Alors que de nouveaux développements apparaissent dans la lutte mondiale contre le terrorisme, la communauté internationale devrait prendre de nouvelles mesures pour les affronter. En particulier, elle devrait se focaliser sur la lutte contre l’extrémisme et le cyber-terrorisme religieux », a-t-il encore dit.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...