Iraq: réunion du Conseil des droits de l'homme sur l’envoi d’une mission d’enquête sur les crimes de l’EIIL

Écouter /

Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU tient, ce lundi 1er septembre à Genève, une session spéciale qui examine une résolution demandant une enquête urgente sur les atrocités commises par les djihadistes de l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL) dans ce pays.

Le projet de résolution dont débat le Conseil, condamne fermement « les abus et violations systématiques des droits de l’Homme et les violations du droit international humanitaire résultant des actes terroristes » commis par l’EIIL en Iraq. A de l'ouverture des travaux, la Haut-Commissaire adjointe aux droits de l’homme a dressé un sombre tableau des zones sous contrôle djihadiste.

 

Lors de cette session spéciale sur l'Iraq ce lundi à Genève, les membres du Conseil des droits de l'homme de l'ONU ont beaucoup insisté sur les exactions de l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL) et leur  «mépris total pour la vie humaine».  Et dans ce concert de récriminations, la Haut-Commissaire adjointe aux droits de l’homme a cité des cas de torture, des meurtres ciblés, des conversions forcées, des enlèvements, des pratiques d’esclavage ou le siège de communautés entières sur la base de leur affiliation ethnique et religieuse.  Et selon Flavia Pansieri, en plus d'être recrutés parmi les groupes armés, les enfants sont aussi sont soumis à des abus physiques et sexuels.

Conséquence de cette terreur, plus d’un million de personnes ont été contraintes de fuir.  À cet égard, les communautés chrétiennes, yézidies, turkmènes, shabakes et chiites ont fait l’objet de persécutions ciblées particulièrement brutales du fait de la politique de «nettoyage religieux» de l’EIIL dans les zones sous son contrôle.  En conclusion, Flavia Pansieri rappelle que les violations systématiques pratiquées par l’EIIL sont assimilables à des crimes contre l’humanité.

Par ailleurs, la Haut-Commissaire adjointe a fait état des abus commis par les forces de sécurité iraquiennes et les milices qui leur sont associées, notamment l’assassinat le 15 juin dernier de 31 détenus dans le commissariat d'Al-Qalaa par des policiers avant que ces derniers ne fuient devant la progression de l’EIIL.

Face à cette description de Flavia Pansieri, le Ministre des droits de l’homme de l’Iraq a insisté sur l'intolérance et la violence inédite de l'EIIL. Mohammed Shyaa Al-Sudani a indiqué qu’un gouvernement national de large inclusion était en cours de formation afin de préserver l’intégrité et la souveraineté de l’Iraq.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Genève, pour la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...