Interview intégrale : Marie-Thérèse Keita Bocoum évoque une accalmie artificielle en RCA

Écouter /

Des enfants centrafricains réfugiés au Tchad. Photo: Anna Jeffreys/IRIN

L'Experte indépendante sur la situation des droits de l'homme en République Centrafricaine (RCA) s’est félicitée de l’amélioration relative de la situation sécuritaire, en particulier à Bangui, grâce notamment à l’engagement des forces internationales.  Marie-Thérèse Keita Bocoum reste néanmoins préoccupée par la situation humanitaire précaire et appelle les autorités de transition à protéger les civils et à mettre un terme à l’impunité.  Devant le Conseil des droits de l'homme ce jeudi 25 septembre à Genève, elle a aussi plaidé pour un processus de transition inclusif et l’organisation rapide d’élections libres et transparentes.

L’Experte indépendante  note qu'il est important que le Conseil des droits de l’homme reste saisi de la situation des droits de l’homme en République centrafricaine vu l’aspect critique de la situation.  Il est important que la communauté internationale apporte des ressources.

Mme Keita Bocoum a adressé plusieurs recommandations au Gouvernement de transition, en vue de faciliter le retour des réfugiés et assurer leur sécurité; garantir l’accès à l’éducation et à la santé à tous; mettre en œuvre rapidement les mesures temporaires d’urgence pour la justice avec le concours de la communauté internationale; accentuer la formation et le déploiement des administrateurs, des fonctionnaires, des policiers, des gendarmes et des juges à l’intérieur du pays; renforcer la participation au dialogue inclusif des différentes communautés, des femmes et des jeunes.

Remerciant la communauté internationale pour les efforts déjà consentis, l’Experte indépendante l’a encouragée à envisager la mise en place d’un système international de gestion des ressources naturelles pour faciliter la reprise économique et la juste distribution des revenus.  Elle a également demandé à la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) d’accélérer le déploiement des forces de sécurité et des civils à l’intérieur du pays.

En conclusion, Mme Keita Bocoum a recommandé à tous de procéder aux enquêtes sur les allégations de violations qui auraient été commises, d’engager les poursuites, de procéder aux réparations nécessaires et de prendre des mesures de prévention.

(Interview : Marie-Thérèse Keita Bocoum, Experte indépendante sur la situation des droits de l’homme en RCA ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...