Guinée/Ebola : « il faut isoler l’Ebola et non pas les pays » affirme Alpha Condé

Écouter /

« Il faut lutter contre la psychose irrationnelle qui s’est emparée du monde » suite à l'épidémie de la fièvre Ebola, a déclaré vendredi le Président de la République de Guinée à l’issue de son allocution devant l’Assemblée générale des Nations Unies.

Alpha Condé s’est félicité de la grande mobilisation menée par le Président Barack Obama, le Secrétaire général, Ban Ki-moon, et la communauté internationale, qui a mené à une prise de conscience, soulignant toutefois que « nous n’en serions pas là aujourd’hui » si cette mobilisation c’était faite il y a deux mois.

Selon le dirigeant ouest-africain, il faut tout d’abord intervenir rapidement sur le terrain, puis commencer à expliquer ce qu’est l’Ebola pour que la panique cesse et que les investisseurs reviennent.

Pour Alpha Condé la réunion de haut niveau sur l’Ebola aux Nations Unies jeudi a servi à asseoir la nécessité d’agir tout de suite sur le terrain, le besoin de renforcer le système sanitaire mondial pour pouvoir répondre à de telles épidémies, la prise de conscience de l’impact grave sur les économies ouest-africaines qui nécessite une aide budgétaire, et enfin le besoin d’expliquer la réalité d'Ebola aux populations pour que les gens n’aient plus cette « peur panique ».

Le dirigeant guinéen a expliqué que son pays avait déjà subi une perte de 2,5% de son PIB, suite à l’épidémie de l’Ebola.

Alpha Condé s’est également félicité de la compréhension du Président de la Banque mondiale, Jim Young Kim, qui, étant médecin, a déjà été amené à lutter contre des pandémies.

« Le Président de la Banque mondiale comprend bien; il s’agit de nous compenser la perte pendant un période de temps » a précisé le Président ouest-africain, ajoutant que néanmoins « cela ne suffit pas il faut convaincre les hommes d’affaires de revenir ».

« On n’attrape pas l’Ebola en l’air, on attrape l’Ebola que lorsque le malade est au stade final, et ensuite lorsqu’il est pris à temps il a 70% de chance de guérir », a remarqué le Président Condé, ajoutant qu’il faut expliquer la maladie.

Selon lui la panique qui existe s’explique en partie par le fait que l’Ebola soit survenu au mois d’août, période creuse pour l’actualité, et que les chaînes de télévision telles que CNN ou France 24 aient passé l’information en boucle, faute d’information.

(Interview : Alpha Condé, Président de la République de Guinée ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...