Environnement/culture : Un ”nouvel État” pour sensibiliser au problème du plastique

Écouter /

Photo:ONU

L’État appelé ''Garbage Patch'' ou Etat de taches de poubelles est une fédération de cinq îles, appelées «taches de poubelles», faite de déchets plastiques et porté par les courants océaniques.

L’État a été fondé avec une performance ou une installation de l’artiste Maria Cristina Finucci. Comme n’importe quel autre État, il a un drapeau, une constitution, et en 2013, même son propre pavillon national à la Biennale de Venise. Il aura bientôt sa propre ambassade.

“Garbage Patch” est le nom donné à l’un des phénomènes de pollution les plus alarmants de notre planète. Chaque jour, une énorme quantité de déchets en plastique finissent dans l’océan et est portée par les courants dans les cinq gyres gigantesques (ou tourbillons d’eau océanique gigantesque) et sans cesse croissants. La première plaque de déchets, qui a été découverte par le capitaine Charles Moore dans l’océan Pacifique, était de la taille de l'Etat du Texas.

Les créatures de la mer qui se retrouvent piégés entre les filets de pêche abandonnés, des porte-cannettes ou des sacs en plastique, sont condamnées à mort. Impossible de se libérer, soit elle suffoquent ou confondent les petits morceaux de plastique de couleur avec de la nourriture et les mangent. Comme le plastique ne peut être digéré, il se retrouve dans leur estomac et provoque leur mort.

Les morceaux de matière plastique qui forment une plaque de déchets se présentent sous une variété de tailles, du fragment le plus grand à la taille d'un confetti ou encore de particule microscopique. Cet ensemble de fragments qui se dissout dans la mer est généralement connu comme “soupe plastique». C’est un ensemble de couleur de fragments de différentes dimensions. La concentration moyenne estimée est de 46.000 pièces par mile carré. L'analyse de l’eau dans les ordures a révélé une proportion de 6 particules de plastique pour chaque particule de plancton, jusqu’à une profondeur de 30 mètres sous le niveau de la mer. En conséquence, les poissons ingèrent plus de plastique que de nourriture.

L’oevure de l’État Garbage Patch a été imaginée et créée par Maria Cristina Finucci comme moyen d’exprimer une réalité complexe à l’aide d’un concept unique et simple. En raison de leur visibilité rare, les correctifs de déchets doivent être représentés par une image concrète.

Son initiative artistique vise à exposer et lutter contre le phénomène des îlots de déchets, et essayer de l'arrêter de grandir davantage (depuis 1970, la plaque de déchets a augmenté au centuple).

Les gens peuvent être touchés plus profondément par le pouvoir des images et des actions artistiques que par la communication scientifique, qui s’est révélée incapable de produire un imaginaire collectif suffisamment puissant, souligne l’artiste.

Elle  explique: «Mon travail n'est pas une réaction rationnelle au problème de la pollution des océans: comme dans le cas de la plupart des œuvres d’art, il y a un côté irrationnel , quelque chose de prémédité qui découle de chacune de nos actions. ”

(Interview : Maria Cristina Finucci, artiste et foundatrice de Garbage Patch State ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Classé sous Dossiers, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...