Ebola: l’ONU lance un appel de fonds d'un milliard de dollars

Écouter /

Un membre du personnel de l'Hôpital Perfectoral de Coyah en Guinée, utilise un thermomètre « sans-contact » lors d'un dépistage d'ébola. Photo: OMS

Les Nations unies ont demandé mardi à Genève près d’un milliard de dollars pour contrer Ebola en Afrique de l’ouest, soit près du double des fonds déjà demandés. Il y a un mois, nous demandions cent millions. Aujourd’hui, les besoins sont estimés à dix fois plus, soit un milliard. Cela donne une idée de l’ampleur de la crise», a affirmé lors d’une conférence de presse le coordinateur de l’ONU pour l’Ebola David Nabarro, à l’issue d’une réunion avec les donateurs. Sur le terrain, l’épidémie continue de se propager de manière exponentielle. La moitié des 4985 cas recensés, dont 2461 morts, l’ont été au cours des 21 derniers jours.

Au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue mardi à Genève, Valérie Amos, responsable des opérations humanitaires des Nations unies, a souligné qu’il s’agit d’un énorme défi financier. Valérie Amos a averti que les pays touchés en Afrique de l’Ouest sont désormais confrontés à «davantage qu’une crise sanitaire». «Si nous n’agissons pas maintenant, elle pourrait se transformer en une crise humanitaire majeure», a-t-elle dit. Elle a indiqué qu’il faut prévenir l’effondrement complet du système de santé en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. «Davantage de gens sont déjà morts d’autres maladies que l’Ebola à cause de l’épidémie», a-t-elle relevé.

Selon les calculs de l'ONU, cet appel de fonds est couvert à hauteur de 30%. «De nouvelles aides sont annoncées chaque jour. Nous assistons à une manifestation remarquable de solidarité mondiale face à cette crise sans précédent», a ajouté le coordinateur de l’ONU pour l’Ebola David Nabarro. Il faut construire une coalition mondiale contre l’Ebola, a-t-il dit. Les Etats-Unis, la Chine, la Grande-Bretagne, la France, la Commission européenne, Cuba ont tous annoncé ces derniers jours des contributions importantes.

De son côté, le directeur général adjoint de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Bruce Aylward a évoqué «une crise sans précédent à l’époque moderne».  Au total, l’épidémie d’Ebola qui frappe l’Afrique de l'Ouest, la plus grave depuis l’identification du virus en 1976, a tué plus de 2.461 personnes sur 4.985 cas (confirmés, probables, suspects), selon le dernier bilan de l’OMS de mardi. Elle touche surtout le Liberia, la Guinée et la Sierra Leone.

(Interview : Stefano Porretti, Directeur des opérations d'urgence du Programme alimentaire mondial ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...