Ebola : l'OMS présente des chiffres pour financer la lutte contre l'épidémie

Écouter /

© Photo: Tommy Trenchard/IRIN

L'OMS indique que 490 millions de dollars seront nécessaires si on veut mettre en place toutes les mesures nécessaires pour essayer de mettre un terme à cette épidémie dans un délai de 6 à 9 mois. La Banque mondiale a promis 200 millions dont 100 millions seraient alloués à la feuille de route de 490 millions de dollars. La Banque africaine de développement (BAD) a aussi contribué avec 60 millions de dollars qui seront utilisés pour cette feuille de route. 390 millions de dollars sont destinés à être utilisés dans les trois pays, Guinée, Liberia et Sierra Leone, et 100 millions pour les autres pays tels que le Sénégal, le Nigeria ou d'autres pays qui ont besoin d'assistance.      

L'Organisation mondiale de la Santé a publié récemment une «feuille de route» pour orienter et coordonner l'action internationale contre la flambée de maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest.

Le but est de mettre fin à la transmission partout dans le monde dans les 6 à 9 mois, tout en gérant rapidement les conséquences de toute nouvelle propagation internationale éventuelle. Le document reconnaît également la nécessité de s'occuper, en parallèle, du large impact socio-économique de la flambée.

La feuille de route répond à la nécessité urgente d'une intensification spectaculaire de l'action internationale. Près de 40% du nombre total des cas notifiés se sont produits au cours des trois dernières semaines.

Elle s'est basée sur les observations faites par un grand nombre de partenaires, parmi lesquels des responsables de la santé dans les pays affectés, l'Union africaine, des banques de développement, d'autres institutions des Nations Unies, Médecins Sans Frontières (MSF) et les pays apportant une aide financière directe.

Elle servira de cadre à l'actualisation des plans opérationnels détaillés. La priorité est donnée aux besoins concernant les centres de traitement et de prise en charge, la mobilisation sociale et les inhumations sans risque.

(Extrait sonore : Tarik Jasarevic, porte-parole de l'OMS)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...