Ebola: le premier cas au Sénégal est une urgence de premier ordre pour l’OMS

Écouter /

Campagne de sensibilisation de l'UNICEF à Conakry : le premier cas d'Ebola au Sénégal est un étudiant guinéen qui a échappé à la surveillance sanitaire dans son pays. Photo UNICEF

L’épidémie d’Ebola, qui a fait près de 1.500 morts, continue son avancée en touchant un cinquième pays d’Afrique de l’Ouest, le Sénégal, où un premier cas a été annoncé vendredi dernier par les autorités de Dakar. Ce premier cas au Sénégal est un étudiant guinéen qui a échappé à la surveillance sanitaire dans son pays, a expliqué la ministre sénégalaise de la Santé Awa Marie Coll Seck. Le Sénégal a fermé ses frontières avec la Guinée le 21 août, mais le jeune homme a pu entrer avant, les autorités sanitaires à Conakry qui le suivaient en raison de ses contacts avec des malades d’Ebola ayant perdu sa trace depuis trois semaines.

 

Après la confirmation de son premier cas de fièvre Ebola vendredi dernier, le Sénégal entend multiplier les mesures de surveillance pour circonscrire la maladie.  Selon Dakar, le service d'hygiène a désinfecté la maison dans laquelle a séjourné ce malade et ses proches ont été placés en quarantaine pour bénéficier d'une meilleure prise en charge.

Cet étudiant guinéen de 21 ans s'était présenté dans un hôpital dakarois le 26 août, mais sans révéler qu’il avait été en contact avec d’autres victimes de l’Ebola. Le lendemain, une équipe de surveillance épidémiologique en Guinée voisine a alerté les autorités sénégalaises après avoir perdu la trace de cette personne suivie trois semaines plus tôt, la soupçonnant d'avoir franchi la frontière.

Et avec ce premier cas, le Sénégal  devient désormais le cinquième pays d’Afrique de l’Ouest touché par la fièvre hémorragique qui a fait plus de 1500 morts dans la région depuis le début de l’année.

Conséquence de ce premier cas avéré, Dakar est passé du stade de la prévention à un dispositif de surveillance pour contenir l'épidémie. Objectif de cette « urgence de premier ordre », multiplier les efforts  pour contenir à tout prix le virus Ebola au Sénégal. Et selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Dakar éprouve un « pressant besoin » d’appui et de fournitures médicales, notamment des trousses d’hygiène et de l’équipement de protection pour les professionnels de la santé.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Genève, pour la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...