E-cigarettes: l’OMS prône une interdiction aux mineurs

Écouter /

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé d’interdire la vente de cigarettes électroniques aux mineurs. L’agence de l’ONU a estimé que leur consommation pose de « graves menaces » pour les adolescents et les fœtus.

Les experts se sont également prononcés pour une interdiction de l’usage de ces inhalateurs électroniques de nicotine dans les lieux publics fermés « surtout là où il est interdit de fumer, jusqu’à ce qu’il soit prouvé que la vapeur exhalée n’est pas nocive pour les tiers ».

D’après l’OMS, il existe suffisamment de preuves pour mettre en garde les « enfants, adolescents, femmes enceintes et femmes en âge de procréer » sur les conséquences à long terme que peut avoir la consommation de cigarettes électroniques sur « le développement du cerveau ». Dans ce document publié ce mardi 26 août, l’OMS demande aussi aux gouvernements « d’éliminer les distributeurs automatiques presque partout ».

De façon générale, l'OMS insiste sur les données existantes qui montrent que l’aérosol produit par les inhalateurs électroniques de nicotine, dont les cigarettes électroniques sont le prototype le plus fréquemment utilisé, « n’est pas simplement de la vapeur d’eau comme le prétendent souvent les stratégies de marketing de ces produits ». Aussi, « l’utilisation de ces dispositifs présente un danger grave pour l’adolescent et le fœtus », selon les experts.

Les inhalateurs électroniques de nicotine sont des dispositifs qui ne brûlent pas et n’utilisent pas de feuilles de tabac pas mais qui produisent un aérosol inhalé par l’utilisateur. Les inhalateurs électroniques de nicotine diffusent un aérosol par chauffage d’une solution que l’utilisateur (le vapoteur) inhale. Le principal composant de l’aérosol, outre la nicotine lorsque celle-ci est présente, est le propylène glycol, auquel peuvent s’ajouter du glycérol et des aromatisants.

Concernant ce marché des inhalateurs électroniques de nicotine, l’OMS estime qu’en 2014, il existait 466 marques et qu’en 2013, 3 milliards de dollars ont été dépensés dans l’ensemble du monde pour ces produits. Les ventes devraient être multipliées par 17 d’ici à 2030.

Ces recommandations ont été publiées par l’OMS en vue de la sixième session de la Conférence des parties à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac qui aura lieu du 13 au 18 octobre à Moscou.

(Interview : Dr. Edouard Tursan d’Espaignet, Coordinateur du système d’information sur le tabagisme à l’OMS ; Propos recueillis par Alpha Diallo)

 

Classé sous Reportages, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...