Côte d’Ivoire : l’Afrique est dans une ère de progrès qui demeure tributaire de son environnement sécuritaire

Écouter /

Le Président de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara. Photo ONU/Amanda Voisard

Le Président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, s’est félicité vendredi, devant l’Assemblée générale des Nations Unies, du fait que l’Afrique est « entrée dans une ère de progrès et de développement », tout en soulignant que le progrès du continent « demeure tributaire de son environnement sécuritaire ».

Alassane Ouattara a salué le succès relatif des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD à un an de leur échéance de 2015. « Les principaux objectifs ont été atteints ou sont en voie de l’être à l’échelle mondiale », a-t-il dit, même si « des efforts considérables seront nécessaires afin que des régions comme l’Afrique subsaharienne y parviennent à leur tour ».

Il a noté que l’adoption du Programme de développement durable pour l’après-2015 interviendrait « dans un contexte économique favorable pour l’Afrique », devenue « l’une des régions les plus attractives pour les investisseurs internationaux, avec un taux de croissance annuel de son PIB de 4,5% en moyenne au cours des 15 dernières années ».

Mais il s’est inquiété de la question sécuritaire. « La propagation sans précédent du terrorisme depuis la Corne de l’Afrique jusqu’à la bande sahélo-saharienne, l’explosion de la piraterie maritime, de divers trafics criminels et, plus récemment, la résurgence de pandémies telles que la fièvre hémorragique Ébola (…) fragilisent le continent africain et risquent de lui faire perdre une décennie de progrès humains et de croissance économique », a-t-il averti.

Qualifiant de « salutaire » la mobilisation internationale actuelle contre le terrorisme et l’extrémisme, Alassane Ouattara a relevé qu’elle « gagnerait cependant à être étendue à l’Afrique afin de détruire durablement les mouvements terroristes actifs aux portes de l’Europe ».

Le chef de l’État ivoirien a remercié les partenaires bilatéraux et multilatéraux de l’Afrique : France, États-Unis, Nations Unies, Union européenne, Union africaine, avec une mention particulière pour le Président français François Hollande « pour le rôle déterminant qu’a joué la France dans le règlement des crises au Mali, en Guinée-Bissau et en Centrafrique ; de même que pour l’organisation du sommet de l’Élysée pour la paix et la sécurité en Afrique et la récente conférence des chefs d’État sur la question de Boko Haram au Nigéria. »

Il a également remercié particulièrement les États-Unis pour leur aide « au renforcement des capacités africaines de lutte contre le terrorisme », ainsi que pour leurs efforts pour aider l’Afrique de l’Ouest à venir à bout de la fièvre Ébola.

« Il n’en demeure pas moins qu’au Sahel et contre Boko Haram, les grandes puissances et les Nations Unies doivent aller plus loin dans leur soutien au continent et faire preuve de la même détermination que celle démontrée par la France contre les terroristes au nord du Mali », a affirmé Alassane Ouattara.

(Extrait sonore : Alassane Ouattara, Président de la Côte d'Ivoire)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...