Comité exécutif HCR : Antonio Guterres met en garde contre les crises humanitaires négligées en Afrique

Écouter /

Antonio Guterres, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (photo: ONU/J.M. Ferré).

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés a plaidé pour une plus grande volonté politique et de la collaboration internationale pour prévenir et résoudre les conflits et les déplacements sur le continent africain. Dans sa déclaration liminaire à la soixante-cinquième session du Comité exécutif, Antonio Guterres, rappelle que l'Afrique, avec 16 millions de réfugiés et déplacés internes, reste son plus grand défi en termes de capacité et de besoins financiers.

A cet égard, les flambées de violence extrême et les violations de droits de l'homme qui ont lieu depuis un an en Afrique ont engendré de nouveaux déplacements en République centrafricaine, dans l'Est de la République démocratique du Congo, au Mali, dans le Nord du Nigéria et au Soudan du Sud. Ces déplacements ont nécessité l'intervention d'urgence énergique du HCR et de ses partenaires.

Devant le Comité exécutif, le Chef du HCR est revenu sur la crise centrafricaine. Depuis le début du conflit en République centrafricaine en décembre 2013, pratiquement 500 000 personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays, dont 68 000 environ vivent dans de mauvaises conditions dans 37 lieux de Bangui, la capitale. Près de 180 000 personnes ont franchi les frontières du pays, ce qui portait le nombre total de réfugiés centrafricains dans la région à 415 000 à la mi-septembre 2014. Quelque 235 000 personnes sont accueillies au Cameroun, 95 000 au Tchad, 66 000 en République démocratique du Congo et 19 000 au Congo.

Par ailleurs, le HCR a rappelé la longue tradition d'hospitalité et de solidarité des pays africains qui ont continué d'assurer sécurité et protection à des millions de réfugiés. Trois pays africains – Kenya, Tchad et Éthiopie – font partie des 10 premiers pays accueillant des réfugiés dans le monde. Cependant, il y a eu également des cas de refoulement et le respect des principes de protection internationale dans certains domaines a été sérieusement mis à mal.

(Extrait sonore : Antonio Guterres, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...