Sommet sur le climat/Burkina Faso : « il est temps de passer aux actes »

Écouter /

Photo ONU

Le changement climatique chez nous maintenant ce ne sont plus des mots vains c'est du vécu quotidien, a déclaré mardi le Ministre de l'environnement du Burkina Faso, Salif Ouedraogo, qui participait au Sommet sur le #climat2014 tenu au Siège de l'ONU à New York le 23 septembre.

Le Ministre burkinabè a précisé que son pays faisant partie de la bande soudano-sahélienne, les problèmes de désertification sont d'acuité, le phénomène de la dégradation des terres est accentué et la déforestation est une réalité qui provoque la perte de 200 000 à 300 000 hectares de forêts, le bois étant la principale source d'énergie.

Le Burkina Faso tente ainsi d'intégrer la prise en compte de l'environnement dans les politiques de développement. Il n'est cependant pas toujours facile de faire accepter ce message au sein des populations rurales pour qui « les gaz à effet de serre »peuvent sembler abstraits, explique le Ministre.

Efficacité énergétique au niveau des bâtiments, durabilité dans le secteur agricole, agroforesterie, énergies renouvelables et photovoltaïques, sont autant d'approches innovantes que le Burkina Faso met en œuvre.

 

Malgré l'investissement important que ces changements de stratégie de développement peuvent entrainer, le pays ouest-africain entend les autofinancer tant que possible afin de laisser un pays viable sans dépendance pour les générations futures.

« Bien sûr au début, ca va coûter cher, mais c'est un investissement que nous serons amenés à faire tôt ou tard parce que les énergies fossiles ne vont pas durer éternellement » a déclaré Salif Ouedraogo, ajoutant que le coût de l'énergie pour les pays de la région constitue une entrave pour la compétitivité des entreprises et des PME.

Le Ministre souhaite voir des actions concrètes découler du Sommet #climat2014, soulignant que les coûts d'une telle réunion s'élèvent à des millions et des millions de dollars « alors que nos populations ne peuvent plus attendre ».

(Interview : Salif Ouedraogo, Ministre de l'environnement du Burkina Faso; propos recueillis par Cristina Silveiro.)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...