Ban Ki-moon : ”le Sommet d'aujourd'hui a montré que le défi du changement climatique peut être relevé”

Écouter /

Photo ONU

Clôturant le  Sommet sur le climat, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon a jugé que la journée de ce mardi 23 septembre était une grande journée, un jour historique.

“Le sommet d’aujourd’hui a montré que nous pouvons relever le défi du changement climatique”, a déclaré Ban Ki-moon.

Pour le patron de l'ONU, il y a tout d'abord lieu de se réjouir des engagements forts en faveur de la conclusion d'un accord universel significatif sur le climat à Paris l’année prochaine, avec un premier projet qui sera présenté à Lima en décembre. Les dirigeants ont réaffirmé leur détermination à limiter la hausse de la température mondiale à moins de 2 degrés Celsius par la réduction des émissions, a-t-il souligné.

“Beaucoup de dirigeants, de toutes les régions et tous les niveaux de développement économique, ont plaidé pour un pic des émissions de gaz à effet de serre avant 2020, de façon décisive la réduction des émissions par la suite, et la neutralité climatique dans la seconde moitié de ce siècle”, a déclaré Ban Ki-moon, tout en se réjouissant des accords annoncés dans les domaines de la foresterie, de l’efficacité énergétique et des transports.

Le Secrétaire général s'est ensuite félicité que sur le financement, les sources publiques et privées ont montré la voie à suivre pour mobiliser les financements nécessaires. Ainsi, les dirigeants ont exprimé un appui solide pour le Fonds vert pour le climat, de nombreux dirigeants appelant à la capitalisation initiale du Fonds pour un montant d'au moins 10 milliards de dollars. D'ores et déjà, un total de 2,3 milliards de dollars ont été promis à la capitalisation initiale du Fonds.

Une nouvelle coalition de gouvernements, d’entreprises, de sociétés de  la finance, de banques multilatérales de développement et les dirigeants de la société civile ont annoncé leur engagement à mobiliser 200 milliards de dollars pour le financement de faibles émissions de carbone et le développement résilient au climat.

Les banques privées ont annoncé qu’elles émettraient 20 milliards de dollars d'obligations vertes et qu’elles doubleraient le marché à 50 milliards de dollars en 2015.

Le secteur de l’assurance s’est engagé à doubler ses investissements verts à 82 milliards de dollars en la même date, l’année prochaine.

Une coalition d’investisseurs institutionnels s’engage à “décarboniser” 100 milliards de dollars d'ici décembre 2015 et à réduire l’empreinte carbone d’au moins 500 milliards de dollars en investissements, également l’an prochain.

Par ailleurs, Ban Ki-moon a noté avec satisfaction les progrès accomplis en matière de tarification du carbone, qui est selon lui, l'un des outils les plus puissants disponibles pour réduire les émissions et générer le développement durable et la croissance.

Beaucoup de chefs de gouvernement et les entreprises en charge de mettre un prix sur le carbone par le biais de divers instruments ont appelé à redoubler d’efforts pour éliminer les subventions aux combustibles fossiles.

Le Secrétaire général, observant que les besoins d’adaptation sont de plus en plus important, en particulier pour les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement, s'est félicité que les dirigeants ont convenu de renforcer et d’intensifier les mécanismes de financement des risques pour l’Afrique et les Caraïbes. Une initiative globale de résilience des risques climatiques a également été lancée pour aider les États du Pacifique insulaires en développement.

Comme cinquième sujet de satisfaction, Ban Ki-moon a souligné que de nouvelles coalitions se forment pour répondre à la portée du défi climatique. Ainsi, la première Alliance agricole mondiale a été lancée pour permettre à 500 millions d’agriculteurs du monde entier à pratiquer une agriculture intelligente face au changement climatique d’ici à 2030. Un nouveau Pacte des maires, représentant 200 villes avec une population combinée de 400 millions de personnes, a promis de nouveaux engagements pour réduire les émissions annuelles de gaz à effet de serre de 12,4 à 16,4%.

Tout en remerciant, tous les dirigeants de gouvernement, du monde des affaires, de la finance et de la société civile qui sont venus à New York et ont fait preuve d'ambition et d’engagement, Ban Ki-moon a exhorté la communauté internationale et tous les acteurs concernés à maintenir à l'avenir l’esprit de compromis et à respecter pour les générations futures les engagements pris aujourd'hui.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...