Assemblée générale : les Etats-Unis prônent la cohésion de la communauté internationale

Écouter /

Le Président des Etats Unis, Barack Obama – Photo: ONU

Dans son discours à l’Assemblée générale de l’ONU, le Président des États-Unis, Barack Obama, a déclaré mercredi que son pays refusait de fonder l’ensemble de sa politique étrangère sur la réaction au terrorisme, mais qu’il mènerait une campagne ciblée contre l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL), Al-Qaïda et les groupes associés.

« L’EIIL a terrorisé tous ceux qui se sont trouvé sur son chemin en Iraq et en Syrie. Les mères, les sœurs et les filles ont été victimes de viols comme arme de guerre. Des enfants innocents ont été abattus. Les cadavres ont été jetés dans des fosses communes. Les minorités religieuses ont été délibérément affamées. Les crimes les plus horribles que l’on puisse imaginer ont été commis, des personnes innocentes ont été décapitées, et des vidéos montrant ces atrocités ont été diffusées pour heurter la conscience du monde », a affirmé Barack Obama.

« Nous avons réaffirmé que les Etats-Unis ne sont pas et ne seront jamais en guerre contre l’islam. Donc, nous rejetons toute suggestion d’un choc des civilisations », a-t-il souligné. « L’avenir de l’humanité dépend de notre capacité à nous unir contre ceux qui voudraient nous diviser sur des différences tribales, sectaires, raciales ou religieuses ».

Le Président américain s’est félicité que plus de 40 pays aient proposé de se joindre à une coalition créée pour combattre la menace posée par l’EIIL, et il a lancé un appel aux pays du monde à se joindre à cet effort.

Quant à la situation en Ukraine, Barack Obama a accusé la Russie d’avoir annexé la Crimée contre la volonté du gouvernement ukrainien et d’avoir armé les séparatistes dans l’est du pays, alimentant la violence et un conflit qui a tué des milliers de personnes. Lorsque l’Ukraine a commencé à reprendre le contrôle de son territoire, la Russie a renoncé à la prétention de se contenter de soutenir les séparatistes, et des troupes ont franchi la frontière, a affirmé le Président des États-Unis.

« Nous allons imposer un coût à la Russie pour cette agression, et contrer les mensonges avec la vérité. Nous appelons les autres nations à nous rejoindre pour être du bon côté l’histoire – car si des gains modestes peuvent être gagnés par la force militaire, ils finiront par perdre si suffisamment de voix soutiennent le principe de la liberté des nations et des peuples à prendre leurs propres décisions », a déclaré Barack Obama.

Concernant l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, le chef d’État américain a rappelé que son pays a dépêché des médecins et des spécialistes dans la région pour aider à endiguer la maladie et à trouver un traitement efficace.

« Nous devons renforcer les efforts pour arrêter une maladie qui risque de tuer des centaines de milliers de personnes, infliger des souffrances considérables, déstabiliser les économies, et provoquer une vague de déplacements. Il est facile de voir cela comme un problème lointain – jusqu’à ce qu’il ne le soit plus. C’est pourquoi nous allons continuer à mobiliser d’autres pays à prendre des engagements concrets pour lutter contre cette épidémie et améliorer la sécurité sanitaire mondiale à long terme », a expliqué Barack Obama.

Le Président des États-Unis a souligné que les problèmes actuels dans le monde qu’il a évoqués sont les symptômes de l’incapacité du système international à suivre la cadence dans un monde de plus en plus interconnecté.

« Nous n’avons pas suffisamment investi dans les systèmes de santé publique dans les pays en développement. Trop souvent, nous avons choisi de ne pas appliquer les normes internationales lorsque cela était perçu comme inopportun. Et nous n’avons pas suffisamment confronté l’intolérance, le sectarisme et le désespoir qui alimentent l’extrémisme dans de nombreuses régions du monde », a indiqué Barack Obama.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...