Ukraine : la Russie doit faire pression sur les séparatistes pour les amener à négocier, estime la France

Écouter /

Photo:ONU

Le Conseil de sécurité s'est réuni mardi soir pour examiner la situation en Ukraine. Une situation qu'ont commentée ses membres, à l'instar de la représentante de la France, Béatrice Le Fraper du Hellen qui a fustigé le rôle de Moscou. Malgré les nombreux appels adressés au Président Poutine, nous regrettons que la Russie n'ait pas fait effectivement pression sur les séparatistes afin de les amener à négocier et n'ait pas pris les mesures concrètes attendues afin d'assurer le contrôle de la frontière russo-ukrainienne. Nous marquons notre extrême vigilance sur tout soutien militaire direct que pourrait apporter la Russie aux séparatistes dans les combats.

Dans ce contexte, de nouvelles mesures à l'encontre de la Russie ont été adoptées par l'Union européenne, mais également par nombre de ses partenaires, les États-Unis, et désormais le Japon et la Suisse. Ce mouvement marque la voix unanime de la communauté internationale pour condamner le manque de coopération de la Russie. Le message est clair : il faut arrêter la fuite en avant. “La Russie a tout à fait la possibilité de choisir la voie de la désescalade”, a-t-elle déclaré.

Auparavant, la diplomate française avait fait observer que la situation dans l'est de l'Ukraine est de plus en plus volatile, en regrettant que les populations fuient les combats provoqués par les séparatistes qui s'entêtent dans leur refus de saisir la main tendue par le président Porochenko. Elle a fait aussi remarquer, qu'à contrario, aucun rapport ne fait état de population fuyant les villes où les forces armées ukrainiennes ont rétabli l'ordre public et l'Etat de droit. Partout où Kiev a rétabli son autorité, les services publics et les services de base à la population sont remis en fonction. Le retour des populations déplacées, selon les déclarations même du HCR, dans les zones repassées sous contrôle gouvernemental met en évidence que la cause première de leur déplacement est l'action des séparatistes.

Auparavant le Conseil avait entendu l'exposé de John Ging, le Directeur des opérations de l'Office des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), qui a confirmé que la situation humanitaire se détériore et que la violence augmente de façon inquiétante dans les zones urbaines.

John Ging a réitéré son appel en faveur de la création d'un système unifié d’enregistrement des personnes déplacées.

Parmi les autres points, il a aussi souhaité que l’aide humanitaire soit exemptée de taxes ukrainiennes, plaidant pour une meilleure entrée en Ukraine des travailleurs humanitaires, ainsi que pour faciliter le travail de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la région.

“Jusqu’à ce qu'il soit mis un terme à la violence, nous allons continuer à voir une augmentation du nombre [de personnes] tués et une détérioration de la situation humanitaire dans son ensemble», a-t-il averti.

John Ging a appelé toutes les parties à ce conflit à permettre un mouvement libre et sûr de la population tout en assurant le plein accès des organisations humanitaires aux populations touchées.

(Extrait sonore : Béatrice Le Fraper du Hellen, Premier conseiller de la France auprès des Nations Unies)

 

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...