RDC/ONU : bantous et pygmées doivent résoudre les conflits pacifiquement, selon Martin Kobler

Écouter /

Le patron de la Monusco, Martin Kobler, s’adressant à la population dans le territoire de Manono, à 450 km de Lubumbashi (Katanga). Radio Okapi/Ph. François-Xavier Mybe

Ni les pygmées ni les bantous ont le droit d'utiliser la violence pour résoudre des conflits, a déclaré récemment le Représentant spécial des Nations Unies pour la République démocratique du Congo (RDC), Martin Kobler, en visite dans le nord de la province du Katanga.

Le Chef de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) s'est rendu dans cette région pour aider à créer un climat de cohabitation pacifique entre les communautés bantous et pygmées et faciliter le retour des déplacés dans leur milieu d'origine.

Les pygmées et les Bantous s'affrontent régulièrement pour se disputer des terres arables. Les pygmées estiment aussi qu'ils sont maltraités par les bantous et se révoltent quelques fois. Cela donne lieu à des combats mortels.

La visite du Représentant spécial est intervenue alors que les conflits intercommunautaires ont jeté dans les rues des centaines de pygmées et de bantous dans la zone.

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en RDC est resté catégorique quant aux exactions, violences et autres mouvements de populations provoqués par ces conflits.

« La MONUSCO est vraiment contre chaque cas de viol. On a zéro tolérance ici, un viol est un viol de trop. Et ce n'est pas acceptable. Et ceux qui l'ont commis doivent être punis », a déclaré Martin Kobler.

(Mise en perspective: Francois Xavier Mybe, Radio Okapi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...