RDC : les Nations Unies se mobilisent pour financer la lutte contre Ebola

Écouter /

Conférence de l'Onu du 27/08/2014 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Les Nations unies se mobilisent pour financer la lutte contre l'épidémie d'Ebola déclarée à Djera dans la province de l'Equateur. Le Pooled Fund, un mécanisme de financement géré par OCHA pour répondre aux besoins humanitaires en RDC, a déjà déboursé 1,5 millions de dollars américains. Le lundi dernier, le gouvernement de la RDC avait sollicité l'appui financier de ses partenaires nationaux et internationaux pour contenir cette épidémie.

« Au niveau du système des Nations Unies, 1 million et demi de dollars américains va venir de ce qu'on appelle le Pooled Fund, c'est un mécanisme de financement où les bailleurs mettent l'argent pour répondre aux besoins humanitaires en RDC et cela est géré par OCHA. Ça c'est déjà disponible », a déclaré mercredi 27 août Carlos Araujo, porte-parole de la Monusco.

Selon la même source, la même somme est en train d'être demandée au CERF, un autre mécanisme de financement basé à New York géré par le PNUD et OCHA. Ce mécanisme est destiné à répondre aux besoins humanitaires dans le monde.

« On a des bons espoirs qu'on va avoir aussi 1 million et demi de ce côté-là », a fait savoir Carlos Araujo.

En outre, l'Unicef a également déboursé 200 000 dollars américains pour financer la lutte contre Ebola en RDC. De son côté, le PNUD a fait un appel pour la même somme. « L'appel est en cours », a précisé le porte-parole de la Monusco.

La Banque mondiale a promis d'apporter également un financement dont elle n'a pas encore précisé le montant.

Outre le plan initial de contingence évalué à 2 500 000 dollars américains, le gouvernement congolais a besoin de 2 000 000 dollars américains pour riposter contre l'épidémie d'Ebola. Le plan global exige donc environ 4 500 000 dollars américains.

Le ministre de la Santé a annoncé que les chiffres actualisés font état de 42 cas de fièvre hémorragique dont 6 cas confirmés d'Ebola, 13 cas probables et 23 cas suspects. Felix Kabange Numbi affirme que le nombre de décès est toujours de 13 morts dont 5 agents de santé. Onze personnes sont placées en isolement. Six nouveaux prélèvements ont été effectués en dehors des huit déjà analysés.

(Extrait sonore : Carlos Araujo, porte-parole par intérim de la MONUSCO)

Le dernier journal
Le dernier journal
24/10/2014
Loading the player ...