Persécutions généralisées en Iraq : Navi Pillay tire la sonnette d’alarme

Écouter /

Photo: HCR/Inge Colijn

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a condamné lundi 25 août les persécutions systématiques et généralisées commises en Iraq par l’organisation EIIL, qui s’autoproclame Etat islamique, et par les forces qui lui sont associées, qu’il s’agisse d’assassinats, de conversions forcées, d’enlèvements, d’abus sexuels, et de destructions de lieux de culte.

L’Etat islamique s’attaque à des communautés entières en raison de leur appartenance ethnique, religieuse ou confessionnelle, notamment des Chrétiens, des Yézidis, des Shabaks, des Turkmènes, des Kaka’e et des Sabéens.

« De graves et horribles violations des droits de l’homme sont commises quotidiennement par l’EIIL et les groupes armés associés », a dénoncé Navi Pillay dans une déclaration à la presse. « Ils visent systématiquement des hommes, des femmes et des enfants en fonction de leur appartenance ethnique ou religieuse et procèdent de manière impitoyable à un nettoyage ethnique et religieux dans les zones sous leur contrôle. De telles persécutions constitueraient des crimes contre l’humanité. »

Dans le gouvernorat de Ninive, des centaines de personnes pour la plupart yézidies ont été tuées et près de 2.500 enlevées au début du mois d’août. Les personnes enlevées seraient détenues dans divers endroits à Tal Afar et Mossoul. Les personnes qui ont accepté de se convertir sont détenues par l’EIIL. Quant à celles qui ont refusé de se convertir, des témoins ont rapporté que les hommes ont été exécutés tandis que les femmes et leurs enfants ont été emmenés comme esclaves.

« Le gouvernement de l’Iraq, la région du Kurdistan iraquien et la communauté internationale doivent prendre toutes les mesures nécessaires et ne ménager aucun effort pour protéger les membres des communautés ethniques et religieuses, qui sont particulièrement vulnérables, et garantir leur retour dans leurs lieux d’origine dans la sécurité et la dignité », a déclaré Navi Pillay.

(Interview : Cécile Pouilly, porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
18/09/2014
Loading the player ...