Madagascar / PAM : 29.000 enfants bénéficieront d'un complément nutritionnel

Écouter /

Photo : WFP/Graeme Williams

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a commencé la distribution du complément nutritionnel “Nutributter”, dans le cadre d’un projet-pilote à Madagascar pour prévenir la malnutrition chronique chez les enfants.

C'est la première fois que l'agence utilise le “Nutributter” qui est un complément nutritionnel à base de pâte d’arachide, de lait et de poudre de micronutriment formulé spécifiquement pour la prévention de la malnutrition chronique chez les enfants de 6 à 24 mois.

Les femmes enceintes et allaitantes quant à elles recevront mensuellement une ration nutritionnelle composée d’huile fortifiée en vitamine A et de “Supercéréale”, une farine enrichie à base de maïs et de soja.

Selon un communiqué de presse de l'agence, ce projet-pilote vise à améliorer les connaissances et les pratiques nutritionnelles et la qualité et l’utilisation des services de la santé de la reproduction dans les communes d’Itampolo et de Fotadrevo (district d’Ampanihy).

Il s'agit d'un projet est mis en œuvre conjointement par le PAM, le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), l’Office national de nutrition de Madagascar et le Ministère malgache de la santé.

Le projet pilote cible 29.000 enfants pendant leurs 1.000 premiers jours, de la naissance au deuxième anniversaire, période cruciale pour le bon développement physique et intellectuel. A petite échelle ce projet doit également permettre la formation de personnel local et la recherche opérationnelle afin de l’étendre ensuite à tout le pays.

La malnutrition chronique affecte négativement le développement physique et cognitif des enfants, leurs performances scolaires et leur productivité à l’âge adulte. Avec presque la moitié des enfants de moins de cinq ans affectés, Madagascar est l’un des pays ayant le plus fort taux de retard de croissance dans le monde.

Durant la période de soudure, le PAM, en-dehors du projet-pilote, fournit une assistance nutritionnelle à près de 64.000 femmes enceintes et allaitantes et enfants de moins de deux ans dans d’autres communes des régions Anosy, Androy et Atsimo Andrefana (au sud de Madagascar) hautement vulnérables à l’insécurité alimentaire et la malnutrition.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...