Libye/HCR : la sécurité des réfugiés et des demandeurs d'asile est «très préoccupante»

Écouter /

Alors que les violences à Tripoli et Benghazi continuent, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés se préoccupe notamment de la sécurité d'environ 37.000 demandeurs d'asile et réfugiés enregistrés auprès du HCR.

Beaucoup d’entre elles vivent dans des zones fortement endommagées par les combats et sont incapables de se rendre dans des zones plus sûres en raison des combats actuels.

Le HCR a déjà recu des appels sur ses lignes d'urgences de plus de 150 personnes d’Erythrée, de Somalie et d’autres pays, à Tripoli, demandant des médicaments ou bien un lieu plus sûr. Aussi à Benghazi, de nombreux réfugiés et demandeurs d’asile, principalement des Syriens et des Palestiniens, ont besoin d’assistance.

Le HCR travaille sur le terrain avec des ONG partenaires pour fournir une assistance et plaider au nom des réfugiés et des demandeurs d’asile, mais la situation se détériore rapidement et nombre d’entre eux envisagent de quitter la Libye.

Selon l'agence des milliers de gens désespérés entreprennent le voyage dangereux par la mer vers l’Europe. Environ 88.000 personnes seraient arrivées par bateau en Italie depuis le début de l’année, dont 11.000 au cours des quinze derniers jours, et environ 77.000 d’entre elles seraient parties de Libye. C’est déjà plus du double par rapport au nombre d’arrivées en Italie l’an dernier.

Le HCR a appelé les autorités libyennes à assouplir les restrictions en matière de visa de sortie afin de permettre aux gens de partir. En même temps, l'agence demande aux gouvernements d’Égypte et de Tunisie de laisser leurs frontières ouvertes à ceux qui fuient la violence et cherchent une protection internationale .

(Extrait sonore : Dalia al Achi, chargée de l'information HCR pour l'Afrique du nord ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...