Iraq : l'ONU prépare un couloir humanitaire après les premiers largages américains

Écouter /

Des membres d'une famille yézide ayant fui Sinjar ont trouvé refuge dans le village de Shekhadi, en Iraq. Photo HCR/N. Colt

Alors que l’armée américaine a entamé une opération aérienne en Iraq, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Iraq, Nickolay Mladenov, a indiqué vendredi que les Nations Unies préparaient un couloir humanitaire pour aider les civils à fuir les zones de combats.

« Maintenant que des largages aériens ont commencé, l’ONU en Iraq prépare de toute urgence un couloir humanitaire pour permettre à ceux dans le besoin de fuir les zones menacées », a dit M. Mladenov dans un communiqué de presse.

« Je salue la coopération entre le gouvernement d’Iraq, le gouvernement régional du Kurdistan et la communauté internationale pour aider à empêcher un génocide et combattre le terrorisme », a ajouté le Représentant spécial.

De son côté, le Programme alimentaire mondial (PAM) a précisé que beaucoup de familles qui avaient fui la violence dans la région de Sinjar, dans la province de Ninive au cours des dernières semaines ont un besoin urgent d’eau, de nourriture et d’abris. Le PAM est très préoccupé par les températures très élevées qui ont contribué à des conditions de vie très difficiles.

 

Pour répondre à l’augmentation du nombre de personnes fuyant Sinjar, le PAM a mis en place trois cuisines de campagne d’urgence à Dohuk, en partenariat avec la fondation locale de charité Barzani, et établira des cuisines de campagne supplémentaires dans les prochains jours. Les cuisines ont permis au PAM d’aider environ 75.000 personnes qui avaient fui Sinjar depuis le 4 août.

 

Le PAM a acquis un entrepôt à Dohuk pour stocker ses approvisionnements et a créé des centres à Bassorah et Bagdad pour faciliter le stockage et le transport de vivres. En outre, le PAM a cherché à établir de nouveaux corridors de transport pour apporter de la nourriture en Iraq, y compris un corridor sud par le Koweït.

 

Avant la dernière vague de déplacements suscitée par les violences à Mossoul, le PAM aidait déjà environ 240.000 personnes déplacées par le conflit dans la province de al-Anbar, ainsi que plus de 180.000 réfugiés du conflit en Syrie, qui ont trouvé refuge en Iraq.

 

Au total, en dépit d’une situation sécuritaire difficile et des personnes déplacées en mouvement, le PAM a distribué avec succès une aide alimentaire dans dix gouvernorats à travers l’Iraq, pour atteindre près de 230 000 personnes qui ont fui la violence qui a frappé Mossoul à la mi-juin et qui s’est ensuite propagée aux villes et gouvernorats environnants.

 

Le PAM devrait atteindre 1,2 million de personnes déplacées au début de 2015.

 

Selon la presse, le Président américain Barak Obama a chargé jeudi l’armée américaine de mener une opération humanitaire de largage de nourriture et d’eau dans le nord-est de l’Iraq pour venir en aide aux populations déplacées qui se trouvent bloquées dans la région montagneuse de Sinjar. Il a aussi donné son feu vert à des frappes ciblées sur des positions du groupe extrémiste l’État islamique.

Jeudi, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et le Conseil de sécurité ont appelé la communauté internationale, en particulier ceux qui ont de l’influence et des ressources leur permettant d’avoir un impact positif sur la situation, à soutenir le gouvernement et le peuple d’Iraq et à faire tout son possible pour aider à soulager les souffrances de la population touchée par le conflit actuel en Iraq.

Par ailleurs, M. Mladenov a jugé qu’il était temps pour les dirigeants politiques iraquiens « de mettre les intérêts du pays devant leurs aspirations personnelles. »

« J’exhorte tout le monde à résoudre rapidement leurs différends et à s’abstenir d’encourager ou d’utiliser des rassemblements et des manifestations publiques pour faire avancer leurs objectifs. Le Conseil des représentants devrait finaliser, dès que possible, le processus de nomination d’un Premier ministre, qui peut obtenir un large soutien parlementaire et rassembler le pays », a-t-il ajouté.

De son côté, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) s’est dit vendredi très préoccupé par le sort du grand nombre de civils coincés dans des zones sous le contrôle de l’Etat islamique ou dans des zones touchées par la violence.

« Les attaques systématiques ou généralisées contre les populations civiles en raison de leur origine ethnique, de leur religion ou de leurs convictions peuvent constituer un crime contre l’humanité. Toutes les parties, y compris l’Etat islamique et les groupes armés associés, doivent respecter le droit international humanitaire, y compris l’obligation de protéger la population civile », a dit une porte-parole du HCDH, Ravina Shamdasani, lors d’un point de presse à Genève.

« Nous demandons à la communauté internationale et aux gouvernements d’Iraq et de la région du Kurdistan de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection des civils, en particulier ceux qui appartiennent aux communautés vulnérables », a-t-elle ajouté.

(Extrait sonore : Élisabeth Byrs, porte-parole du PAM; propos recueillis par Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
21/10/2014
Loading the player ...