Iraq : les Nations Unies réaffirment la nécessité de créer des corridors humanitaires

Écouter /


Une jeune fille ort avec des proches dans une école primaire à Alqosh, dans le gouvernorat de Dahouk, après avoir fui Mossoul (Photo: HCR/S. Baldwin)

Dans le nord de l'Iraq, les agences des Nations Unies et leurs partenaires humanitaires prolongent l’aide aux centaines de milliers de familles qui fuient l'avance des militants de l'État islamique (EI). Les Nations Unies plaident pour la création de corridors humanitaires.

La situation reste particulièrement difficile dans le djebel de Sinjar, également appelé les montagnes de Sinjar, où l’on estime à 50.000 le nombre de personnes, pour la plupart des femmes, des enfants et des personnes âgées, prises au piège depuis que l'État islamique les a forcés à fuir leurs maisons il y a près d’une semaine.

Plus de 200 000 autres personnes se sont dirigées vers le gouvernorat de Dahouk au Kurdistan, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), qui précise qu'il n'a pu jusqu'à présent vérifier le nombre de personnes déplacées.

Les personnes déplacées ne bénéficiaient d'aucune aide jusqu'au largage effectué vendredi par le gouvernement iraquien et l’armée américaine. L’Organisation des Nations Unies coordonne l’assistance humanitaire pour le dernier afflux de civils déplacés dans la région du Kurdistan et explore toutes les pistes pour tenter de fournir des vivres et des fournitures à ceux qui sont piégés dans les zones contrôlées par l'EI, même – même si l'OCHA reconnaît cependant que les ressources sont utilisées au maximum.

De son côté, Irina Bokova, la Directrice générale de l'UNESCO a appelé à un arrêt immédiat des attaques et à la protection de la diversité qui a “forgé la richesse et la vitalité de la culture iraquienne au cours des millénaires, comme un témoignage unique de l’évolution de la civilisation et de la coexistence pacifique ».

Les attaques contre les civils et les groupes minoritaires sont «un coup direct sur la diversité culturelle, qui est une caractéristique inhérente à l’humanité,” a-t-elle déclaré. «Il est inacceptable que les gens soient privés de leurs droits les plus fondamentaux, qu’ils soient systématiquement persécutés et tués à cause de leurs croyances, de leur origine ethnique ou de leurs expressions culturelles».

(Interview : Eliana Nabaa, porte-parole de la Mission des Nations Unies pour l'assistance en Iraq ; propos recueillis par Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
19/12/2014
Loading the player ...